GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 6 Février
Dimanche 7 Février
Lundi 8 Février
Mardi 9 Février
Aujourd'hui
Jeudi 11 Février
Vendredi 12 Février
    Asie-Pacifique

    Les journaux pakistanais désormais interdits en Afghanistan

    media

    Le ministère afghan de l'Intérieur a décidé d'interdire la vente de journaux pakistanais sur son sol. La décision a été annoncée ce samedi 22 septembre 2012. Des policiers ont reçu l'ordre de retirer toute publication venant du pays voisin, accusé de propagande. Kaboul dénonce les partis pris de la presse pakistanaise alors que les relations entre l'Afghanistan et le Pakistan se sont encore dégradées ces derniers mois.

    Avec notre correspondant à Kaboul, Nicolas Ropert

    C'est une scène qui risque de se répéter dans les jours qui viennent. La police des frontières a reçu l'ordre de saisir toute publication pakistanaise sur le sol afghan. Il est reproché aux journaux pakistanais de donner la parole aux talibans qui luttent contre le gouvernement de Kaboul. Le fait que la coalition internationale présente dans le pays soit décrite comme une armée d'occupation, serait aussi l'un des motifs de cette disposition a assuré le ministère de l'Intérieur.

    Les provinces particulièrement visées par cette interdiction sont les régions frontalières avec le Pakistan comme le Nuristan, la Kunar et le Nangahar. Dans ces zones majoritairement pashtounes, la frontière est quasi-inexistante. Il n'est pas rare, par exemple, que les habitants paient en roupie, la monnaie pakistanaise.

    Cette mesure, essentiellement symbolique, est représentative de l'état des relations entre Kaboul et Islamabad. Notoirement mauvaises, ces relations se sont encore dégradées depuis cet été avec des bombardements dans l'est de l'Afghanistan, attribués à l'armée pakistanaise. Cette décision ne risque en tout cas pas d'améliorer les choses entre les deux États voisins.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.