GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Vietnam: lourdes peines pour les blogueurs dissidents

    media Nguyen Van Hai à été condamné à 12 ans de détention. DR

    Les trois blogueurs vietnamiens accusés de « propagande contre l'Etat » ont écopé ce lundi 24 septembre de peines allant de quatre à douze ans de prison. Le président américain avait publiquement soutenu Nguyen Van Hai, alias Dieu Cay, en mai dernier, rappelant que son arrestation en 2008 avait coïncidé avec une vague de répression massive contre ce qu’il a appelé le « journalisme citoyen » au Vietnam.

    « Les citoyens ont le droit à la liberté d'expression ». À peine Nguyen Van Hai avait-il prononcé ces mots que le son de la retransmission du procès était coupé.

    Un procès qui n'a duré que quelques heures, et qui s'est soldé par des peines très lourdes : douze ans de prison pour Nguyen Van Hai, qui avait déjà été condamné à deux ans et demi de détention pour fraude fiscale, dix ans pour l'ex-policière Ta Phong Tan dont la mère, désespérée, s'était immolée par le feu en juillet dernier, ce qui avait amené l'administration américaine à demander la libération des trois militants.

    Phan Thanh Hai, lui, a pris quatre ans. C'est le seul à avoir plaidé coupable. Tous étaient accusés d'avoir publié des articles sur le site interdit « Club des journalistes libres » et sur leur propre blog, dénonçant la corruption, l'injustice et la politique étrangère de Hanoï.

    Le juge, lui, y a vu des articles « qui noircissaient les dirigeants et critiquaient le parti, détruisant la confiance du peuple en l'Etat ». Et il a interdit à Nguyen Van Hai et Ta Phong Tan de prendre la parole à la fin du procès, les accusant d'avoir été une source de désordre pendant l'audience.

    Mais Ta Phong Tan a quand même eu le dernier mot. Lorsque la police l'a escorté jusqu'à une voiture garée devant le tribunal, on pouvait très clairement l'entendre hurler « Objection ! »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.