GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Sri Lanka : les derniers réfugiés de la guerre civile invités à rentrer chez eux

    media Des réfugiés sri-lankais en route pour Christmas Island. Reuters

    L'armée sri-lankaise a annoncé, ce mardi 25 septembre 2012, la fermeture du plus grand camp de réfugiés dans le pays, qui a abrité pendant la guerre jusqu'à 300 000 personnes. Les derniers déplacés ont pu quitter le camp de Menik Farm dans le nord, mais de nombreuses familles ne pourront pas rentrer chez elles.

    La guerre s'est achevée il y a plus de trois ans, mais le gouvernement n'a pas été en mesure de reloger immédiatement les familles déplacées par le conflit.

    D'abord, parce qu'il fallait avant tout déminer les villages dont sont originaires les déplacés, des villages situés en majorité dans les zones de conflit dans le nord de l'île. Ensuite, et c'est le cas d'une centaine de familles qui viennent de quitter le camp de Vavuniya, parce que la plupart d'entre eux ne pourront pas retourner chez eux, car leurs maisons sont actuellement occupées par des militaires.

    Un fait que dénonce le représentant des Nations unies au Sri Lanka, lequel insiste pour qu'une solution soit rapidement trouvée.

    Le gouvernement a prévu d'installer provisoirement ces familles sur des terres appartenant à l'Etat, mais cette situation risque de durer dans le temps. Comme c'est déjà le cas pour de nombreuses familles qui ont quitté les camps depuis la fin du conflit en mai 2009, et qui habitent encore aujourd'hui chez des amis ou de la famille.

    La guerre sanglante entre l'armée régulière et les indépendantistes tamouls, qui a duré plus de trente ans, a fait plus de 100 000 morts.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.