GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La France tente de calmer les crispations de la Chine sur les visas biométriques

    media

    Hélène Conway-Mouret, la ministre des Français de l’étranger était à Pékin hier lundi 8 octobre. Elle y a inauguré un dispositif de recueil mobile des données biométriques destiné à faciliter les démarches de demandes de passeport pour les Français qui habitent loin de leur consulat de rattachement. Une démarche qui intéresse particulièrement les autorités chinoises froissées par les dispositions de la France concernant les passeports biométriques.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Première à appliquer la directive européenne sur les visas biométriques, la France a courroucé les autorités chinoises qui, en rétorsion, ont restreint les visas accordés aux ressortissants français. Il s’agit aujourd’hui de décrisper la situation, affirme la ministre déléguée aux Français de l’étranger. La France va proposer aux pays européens une exemption de prises d’empreintes biométriques pour les diplomates, et en l’occurrence les diplomates chinois.

    « Le problème a commencé sur le continent africain avec des diplomates chinois qui passaient par Paris et qui ont très mal pris cette mesure-là en pensant qu’elle était humiliante, discriminatoire, a-t-elle expliqué. C'est le terme qui a été utilisé. Aujourd’hui, il faut comprendre pourquoi ils ont réagi et essayer d’assouplir plutôt que de se dire que s’ils ont des mesures de rétorsion contre nous, nous devons escalader et durcir encore plus notre position ».

    En conséquence de cette directive jugée « humiliante » depuis mai 2010, la Chine appliquait des mesures discriminatoires à l’égard des sols français : délais plus longs, demandes de justificatifs supplémentaires lors des dépôts de visas. Des mesures désormais appliquées à l’ensemble des pays européens qui ont mis en place des prélèvements d’empreintes.

    La communauté des Français expatriés est en forte progression dans la région Asie-Océanie et notamment en Chine avec une croissance supérieure à 15%.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.