GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: Bali, dix ans après les attentats

    media

    Le 12 octobre 2002, il y a dix ans jour pour jour, le double attentat de Bali faisait 202 morts et des centaines de blessés et révélait à la face du monde l’existence des jihadistes indonésiens. Aujourd’hui, les touristes ont retrouvé le chemin de cette île paradisiaque et profitent de ses charmes en toute insouciance, inconscients du drame qui a frappé deux discothèques bien connues des fêtards. Mais pour les rescapés et les familles des disparus, c’est la semaine du souvenir. Ils sont de retour à Bali pour rendre hommage à leurs proches, et la douleur est toujours là.

    Dix ans après les attentats, Bali fourmille de touristes comme si de rien n’était. Surfeurs, familles et fêtards se bousculent dans les cafés et sur les plages de Kuta, à deux pas du mémorial en marbre dressé en hommage aux 202 morts du 12 octobre 2002.

    C’est là, tout près de l’endroit où il a failli perdre la vie, que Phil Britten est venu se recueillir. Cet Australien de 32 ans montre sans complexe les cicatrices des brûlures qui recouvrent ses bras, son torse et son dos.

    Brûlé à 60% par le souffle des explosions, il a eu plus de chance que sept de ses amis qui n’ont pas survécu au drame, mais mentalement, la reconstruction a été très difficile : « Très souvent, j’ai eu envie d’abandonner, de me suicider. Je me disais, pourquoi je suis vivant, pourquoi moi ? J’ai dû apprivoiser ma peur, mais finalement, je suis passé au-dessus et j’ai fini par m’accepter tel que je suis, je suis un survivant des attentats de Bali, ça fait partie de mon identité. »

    De retour pour les commémorations

    Comme lui, des centaines de rescapés et les familles des disparus sont de retour à Bali cette semaine pour commémorer les dix ans des attentats.

    Peter Hughes, un cinquantenaire qui a mis dix ans à se remettre de ses blessures, raconte que les liens créés pendant leur convalescence n’ont jamais disparu : « En Australie, on se voit régulièrement, surtout pour les anniversaires des attentats. Chez les blessés, il y a beaucoup de gens qui sont tombés dans la dépression et le stress post-traumatique est toujours là. Surtout les jeunes, ceux qui ont 30 ou 35 ans aujourd’hui, ceux-là, on leur a vraiment volé leur vie. C’est pour ça que j’ai témoigné devant la justice contre les poseurs de bombe. Et j’ai fait de mon mieux pour qu’ils soient condamnés à mort. »

    Les cerveaux des attaques ont bien été exécutés sur décision de la justice indonésienne, mais Peter Hughes déplore qu’aucune compensation financière n’ait jusqu’ici été versée aux victimes par le gouvernement de Jakarta.

    Querelle autour du lieu de mémoire

    Les survivants ont par ailleurs fondé une association pour réclamer un véritable lieu de mémoire à l’emplacement de l’ancien Sari Club, l’une des deux discothèques visées par les bombes. Malgré une offre d’un million de dollars, le propriétaire des murs refuse toujours de céder son terrain, situé dans un quartier très touristique.

    En attendant, la police indonésienne continue de quadriller les rues de Bali. Il y a deux jours, elle aurait reçu des informations sur une « menace crédible d’attentat » visant la cérémonie de commémoration des attentats de 2002.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.