GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie : le gouvernement refuse l’installation de deux bureaux de l’OCI

    media

    La Birmanie refuse finalement l'ouverture d'une représentation de l'Organisation de la conférence islamique. Après les violences meurtrières qui ont secoué l'Etat d'Arakane, entre membres de la majorité bouddhiste et de la minorité musulmane en juin, l'OCI avait obtenu d'ouvrir des bureaux d'aide humanitaire. Face aux réactions hostiles, le gouvernement a reculé.

    En septembre dernier, une mission de l'Organisation de la conférence islamique avait signé un mémorandum avec le gouvernement birman. Il prévoyait l'ouverture de bureaux à Rangoun, la capitale, ainsi qu’à Sittwe, chef-lieu de l'Etat d'Arakane, pour mettre en œuvre des programmes humanitaires.

    Vague d’hostilité

    Les violences qui ont secoué cette région et le sort peu enviable des membres de la minorité musulmane Rohingyas, considérée par l'ONU comme l'une des plus persécutées au monde, ont en effet suscité un élan de solidarité au sein de l'OCI. Mais en Birmanie, où une bonne partie de la population considère les Rohingyas comme étrangers et indésirables, l'annonce de l'ouverture de ces représentations a suscité une vague d'hostilité.

    Ces derniers jours, des milliers de religieux bouddhistes ont manifesté, notamment à Mandalay, dans le centre du pays. Ces manifestations se sont poursuivies ce lundi dans plusieurs villes, en particulier à Rangoun où des moines brandissaient des pancartes représentant un sigle de l'OCI barré d'une grosse croix rouge. Ils ont visiblement été entendus, puisque la présidence birmane a indiqué que l'ouverture d'un bureau de l'organisation était finalement refusée parce qu'elle ne serait pas en accord avec la volonté du peuple.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.