GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Asie-Pacifique

    Japon : le gouverneur de Tokyo démissionne pour créer un nouveau parti politique

    media Shintaro Ishihara présidait depuis plus de 13 ans aux destinées de la capitale japonaise. REUTERS/Kyodo

    Shintaro Ishihara, le gouverneur de Tokyo depuis 1999, a démissionné ce jeudi 25 octobre, en plein conflit territorial entre la Chine et le Japon dont il est, dans une certaine mesure, responsable. A 80 ans, il a décidé de créer un nouveau parti politique pour sortir le Japon de son enlisement économique et politique.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Shintaro Ishihara est sans doute l’homme politique japonais que la Chine déteste le plus. Il avait décidé de racheter les îles Senkaku administrées par le Japon, mais revendiquées par la Chine, forçant du coup le gouvernement japonais à les nationaliser.

    Cultivant une image de faucon anti-chinois, anti-américain, pourfendeur d’une bureaucratie japonaise dont il dénonce l’incompétence depuis l’accident nucléaire de Fukushima, Shintaro Ishihara crée un nouveau parti car il réalise que le système politique et économique de l’après-guerre au Japon ne fonctionne plus. Et sans réforme, sans libéralisation d’une économie très cartellisée, sans refonte d’un système politique qui aujourd’hui accorde peu de pouvoir aux politiciens pour diriger le pays, le Japon ne sortira pas de son enlisement.

    Le maître de Tokyo veut changer le Japon avec le jeune maire d’Osaka, Toru Hachimoto. Encore faut-il persuader des Japonais très conservateurs, allergiques au changement, que leur pays, le plus endetté de la planète, mais qui ne doit rien au monde extérieur pour le moment, est en crise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.