GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    L'ouest birman totalement déstabilisé par des violences entre groupes religieux

    media Les violences communautaires ont repris avec une grande intensité depuis une semaine, dans l'Etat de l'Arakan, à l'ouest de la Birmanie, faisant de nombreux morts et déplacés. REUTERS/Soe Zeya Tun

    Le regain de violence en Birmanie pousse des milliers de personnes vers les camps de déplacés déjà surchargés dans l'ouest du pays. Après plusieurs semaines d'accalmie, les violences ont repris cette semaine entre les bouddhistes de l'ethnie rakhine et les musulmans de la minorité rohingyas, des apatrides souvent victimes de discriminations et de persécution. Selon les médias d'Etat, 67 personnes ont été tuées et près de 3 000 maisons ont été incendiées ces derniers jours.

    Le calme était précaire et n'aura duré que quelques semaines. Les violences ont à nouveau éclaté dans l'ouest de la Birmanie, dans l'Etat d'Arakane, où cohabitent deux communautés ethno-religieuses : les bouddhistes de l'ethnie rakhine et les Rohingyas, une minorité musulmane apatride, l'une des plus persécutées de la planète selon l'ONU.

    Depuis dimanche dernier, près de 67 personnes ont été tuées et une centaine blessées. Environ 3 000 habitations ont été incendiées.

    Depuis juin, ces affrontements ont jeté environ 75 000 personnes sur les routes, des Rohingyas pour la grande majorité. Ces derniers jours, des milliers d'autres ont été poussés à l'exode, notamment dans la périphérie de Sittwe, la capitale de l'Etat d'Arakane. « Pour l'instant, nous sommes au courant de 3 200 nouveaux déplacés qui sont arrivés dans et autour des camps de déplacés existants à Sittwe. 2 500 autres seraient en chemin », a indiqué Vivian Tan, porte-parole du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

    Un bilan officiel fait état de 150 morts depuis le déclenchement des violences communautaires en juin. « Human Rights Watch craint que le bilan des morts ne soit beaucoup plus élevé » en se fondant notamment « sur les déclarations de témoins fuyant les scènes de carnage », a indiqué l'organisation dans un communiqué.

    Pour Amnesty International, la situation est explosive, mais ce n'est pas nouveau.

    La haine est tellement importante entre les deux communautés depuis des décennies que n'importe quoi peut remettre le feu aux poudres à tout instant.

    Mireille Boisson

    Coordinatrice Birmanie à Amnesty International France

    27/10/2012 - par Achim Lippold Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.