GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    Asie-Pacifique

    L’Etat japonais bientôt à l’arrêt, faute d’argent?

    media Le Premier ministre Yoshihiko Noda, flanqué de son ministre de l'Economie, Seiji Maehara, le 29 octobre à Tokyo. REUTERS/Issei Kato

    Le Japon est dans une impasse budgétaire qui menace son économie. Le Premier ministre Yoshihiko Noda avertit aujourd'hui que l'Etat pourrait cesser de fonctionner d'ici la fin novembre, faute de financement. Et cela, si l'opposition continue d'empêcher l'adoption d'une loi autorisant le gouvernement à émettre l'équivalent de 480 milliards de dollars de nouvelles obligations pour couvrir plus de 40% du budget d'avril 2012 à mars 2013.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Tout ceci pèsera sur la vie quotidienne des gens et entravera la reprise économique.
    Yoshihiko Noda, Premier ministre japonais

    Si le gouvernement du Premier ministre Yoshihiko Noda ne parvient pas à persuader l’opposition d’émettre de nouvelles obligations d’Etat, le Japon risque de se retrouver en cessation de paiement d’ici la fin novembre 2012. Déjà, pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des dépenses au profit des universités et des collectivités locales ont été différées.

    L’opposition refuse d’autoriser l’émission de nouvelles obligations d’Etat tant que le gouvernement n’aura pas annoncé la date de prochaines élections législatives anticipées. Depuis quatre ans, le Japon finance plus de la moitié de son budget annuel en émettant de nouvelles obligations. Sa dette publique, 235 % du PIB, est la plus élevée de tous les pays industrialisés.

    Pour le moment, le Japon ne doit rien ou presque au monde extérieur, mais d’ici trois ans son épargne ne suffira plus à financer sa dette publique. Le gouvernement doit sortir de son impasse budgétaire car l’économie japonaise, centrée sur les exportations, risque à tout moment de retomber en récession.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.