GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    • Iran: les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un tanker britannique
    • Tensions entre Séoul et Tokyo: Trump se dit prêt à aider
    • Drone iranien: «Aucun doute, nous l'avons abattu» (Trump)
    • Tour de France 2019: Alaphilippe remporte le contre-la-montre et conforte son maillot jaune
    • Kosovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, annonce sa démission
    Asie-Pacifique

    La Birmanie s'ouvre aux investisseurs étrangers

    media Vendeur de riz sur un marché dans la vieille ville de Rangoun. Reuters/Damir Sagolj

    La Birmanie ouvre grand ses portes aux investisseurs étrangers. Les parlementaires ont voté jeudi 1er novembre 2012 une nouvelle mouture de la loi qui permet aux étrangers d'acquérir jusqu'à 99 % d'une société birmane.

    C'était le vœu du président birman: ouvrir rapidement et très grand les frontières de la Birmanie aux investisseurs étrangers, maintenant que les efforts pour démocratiser le régime ont incité la communauté internationale à lever ses sanctions économiques.

    Mais Then Sen s'était heurté à une frange très protectionniste du Parlement, constituée de conservateurs et d'hommes d'affaires proches de l'ancienne junte au pouvoir. De ce fait, la première loi multipliait les barrières à l'entrée des investisseurs. Le président birman avait alors refusé de promulguer le texte et avait demandé aux parlementaires de remettre leur ouvrage sur le métier.

    Cette fois, les investisseurs étrangers pourront acquérir jusqu'à 99 % des parts d'une société birmane. L'objectif est de financer rapidement la reconstruction d'un pays ruiné par 50 ans de dictature militaire et de créer des emplois. Les investissements espérés par la Birmanie ne se réduisent pas au secteur énergétique, pétrole et gaz, déjà très convoité par les compagnies étrangères. Les nouvelles autorités souhaitent avant tout développer le secteur agricole : riz, caoutchouc, huile de palme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.