GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    José Manuel Barroso en Birmanie pour soutenir les réformes politiques

    media Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso et le secrétaire général de la présidence birmane Aung Min, le 3 novembre 2012. AFP PHOTO

    Le président de la Commission européenne, est en visite officielle à Rangoon et à Naypidaw, la capitale politique. Il a rencontré le président birman ainsi que la célèbre opposante Aung San Suu Kyi. C’est la première fois qu’un président de la Commission se rend dans ce pays qui a connu cinq décennies de dictature militaire. Mais, depuis l’an dernier, un nouveau gouvernement civil a entrepris de nombreuses réformes politiques. L’Union européenne souhaite soutenir ce processus, et notamment la résolution des conflits ethniques dans le pays.

    De notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    L’Union européenne promet 30 millions d’euros en 2013 pour soutenir le processus de paix en Birmanie. José Manuel Barroso s’est aussi engagé à soutenir le lancement du nouveau centre pour la paix, à Rangoon. Financé à hauteur de 700 000 euros, ce centre accueillera les administrations chargées d’appuyer les efforts de paix en Birmanie.

    Depuis des décennies, l’armée gouvernementale et de nombreux groupes ethniques s’affrontent dans le pays, le nouveau gouvernement civil a signé des accords de cessez-le-feu avec plusieurs de ces groupes rebelles, une dizaine d’après lui. Mais la guerre a repris en juin 2011, au Nord, dans l’Etat Kachin, et à l’Ouest, deux minorités, musulmane et bouddhiste, s’affrontent régulièrement. Ces heurts ont fait plus de 80 morts, la semaine dernière, selon un bilan officiel, et près de 100 000 réfugiés musulmans s’entassent dans des camps dans cette région pauvre de l’ouest du pays.

    Le nouveau gouvernement birman a été très critiqué sur la scène internationale pour sa gestion de cette crise, notamment par les Nations unies et l’Association des Nations du Sud-Est asiatique. José Manuel Barroso, lui aussi, a évoqué le sujet en réclamant une « paix durable » et une « réconciliation entre les ethnies en Birmanie ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.