GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Sommet Asie-Europe : mise en garde contre la tentation du protectionnisme

    media Le Premier ministre malaisien Najib Razak a indiqué que le protectionnisme serait la pire réaction possible aux déboires économiques de l'Europe, le 6 novembre 2012. REUTERS/Sukree Sukplang

    Le sommet Asie-Europe s’est terminé après deux jours de discussions informelles dans la capitale du Laos, Vientiane. Les débats ont été largement dominés par la crise économique et financière en Europe. Les 49 leaders des pays des deux continents ont lancé conjointement un appel contre le protectionnisme qui ne pourrait qu’envenimer la situation à long terme.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

    Haro sur le protectionnisme. C’est en substance sur ce message que s’est conclu le Sommet Asie-Europe. Les leaders européens étaient venus dans leurs petits souliers à Vientiane, portant sur leurs épaules le poids de la crise financière et économique qui met à mal la zone euro. Leurs homologues asiatiques ont joué la solidarité intercontinentale, peut-être séduits par cette humilité qu’ils n’ont pas toujours connue de la part des pays occidentaux.

    Le Premier ministre de Malaisie, Najib Razak, a fait écho aux propos du président du Conseil européen Herman Van Rompuy en considérant que le protectionnisme serait la pire réaction possible aux déboires économiques du Vieux Continent. Non seulement l’Europe a un besoin vital d’exporter vers les marchés asiatiques, mais de très nombreux pays d’Asie ont également une économie fortement dépendante des exportations vers l’Europe.

    Les portes devraient donc rester ouvertes de part et d’autre, car Europe et Asie se trouvent dans le même bateau. En parallèle, les pays asiatiques ont demandé instamment aux Européens de remettre de l’ordre dans leurs économies, même si cela passe par une étape douloureuse.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.