GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Aujourd'hui
Jeudi 1 Septembre
Vendredi 2 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Gagas ou gogos du Gangnam Style ?

    media

    C’est le genre de lien internet que les internautes se partagent en disant « regarde ça, tu vas rire ! ». Puissance des réseaux sociaux à l’œuvre et depuis, un clip made in South Korea connaît une surchauffe exponentielle en termes de visionnages sur YouTube ou de parodies qui vont avec. Gangnam Style, vous connaissez ?

    Psy, de son vrai nom Park Jae-Sang, a reçu en personne, le 11 novembre aux MTV Europe Music Awards 2012, le prix du meilleur clip. Son tube techno-pop Gangnam Style est actuellement la deuxième vidéo la plus visionnée sur YouTube avec plus de 717 millions de vues (elle a été postée le 15 juillet dernier). La chanson caracole également en tête des hits parades dans plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne et l’Australie, et occupe la deuxième position depuis six semaines aux États-Unis.

    20 000 passionnés lors d’un flashmob à Paris

    De toute façon, cette vidéo, et la chanson qui va avec, semblent collectionner tous les superlatifs. Car qui aurait imaginé que la planète entière allait chanter en sud-coréen, s’il vous plaît, et danser, de manière quasi épileptique, une improbable danse du cheval (vous comprendrez tout dans les liens en bas de papier)? On a dénombré, à Paris, plus de 20 000 passionnés à s’être déplacés lors d’un flashmob au cours duquel la star a dansé et chanté. Le chanteur de 34 ans en reste étonné. « Je suis arrivé à la tour Eiffel, a-t-il expliqué, et j’ai vu 20 000 personnes totalement déchaînées. J’étais tellement impressionné car elles chantaient chacune des paroles et prononçaient très bien le coréen. »

    Une des plus hautes récompenses coréennes pour le chanteur

    Le délire est collectif et mondial pour cette chanson qui fait le tour de la planète et rend archi-gaga du Gangnam, voire mou du bulbe. Tant et si bien que le ministère sud-coréen de la Culture va accorder l’une de ses plus hautes récompenses au chanteur : la médaille de l’Ordre Okgwan du mérite culturel, pour « services exceptionnels », a indiqué le ministère. « Psy a été choisi non seulement pour sa carrière d’artiste, mais aussi pour avoir rendu célèbre (le quartier de) Gangnam et accru l’intérêt du monde pour la Corée du Sud », a précisé à l’AFP un responsable du ministère. La Corée du Sud a pour coutume de soutenir activement les exportations coréennes dans tous les domaines, y compris culturel. Le gouvernement a encouragé le déferlement de la Hallyu (vague coréenne de culture populaire : musique pop, feuilletons...) sur l’Asie ces dix dernières années.
     
    Barack Obama a découvert la danse du cheval
     
    Auparavant, c’est le Sud-Coréen Ban Ki-moon, ou même Barack Obama qui ont promu l’artiste. Le président reconduit à la tête des États-Unis a ainsi expliqué qu’il avait récemment découvert la danse du cheval : « Je pense que je peux danser comme ça. Mais je ne sais pas si les bals d’investiture seront le bon moment pour me lancer (...) Je le ferai peut-être en privé pour Michelle » (son épouse), a-t-il plaisanté. Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, lui, semblerait presque jaloux du pouvoir fédérateur du chanteur. Et de lui déclarer : «Je pense que la musique peut jouer un rôle très important. J’espère que nous pouvons travailler ensemble en utilisant votre succès mondial. Vous avez, je pense, une portée mondiale ». Il aurait même ajouté, selon Reuters : «Vous êtes trop cool, j’espère que vous pourrez mettre fin au réchauffement climatique. »
     
    Sur la Toile, les parodies sont récurrentes
     
    En tout cas, en ce moment, c’est le réchauffement des clics et autres réjouissances sur la Toile. Les parodies sont récurrentes, même musique, même style de chorégraphie. Il semblerait d’ailleurs que l’auteur ait décidé de laisser libre cours aux artistes en herbe. Et la puissance des réseaux sociaux a fait le reste. La parodie Gangnam style avec un sosie d’Obama aurait même berné une partie des internautes chinois croyant que le président des États-Unis se livrait réellement à la danse du cheval….

     

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.