GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    La Birmanie, véritable champ de mines au sens propre

    media Un représentant du ministère birman des Affaires étrangères lors du 11e rendez-vous de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, à Phnom Penh fin 2011. AFP PHOTO / Stephane De Greef / ICBL-CMC

    La Birmanie figure parmi les trois pays comptant le plus de victimes de mines antipersonnel au monde, avec l’Afghanistan et la Colombie. C’est la conclusion d’un rapport de l'ONG Campagne internationale pour l'interdiction des mines (ICBL). Et même si le régime du président réformateur Thein Sein reconnaît l’ampleur du problème, tout reste à faire pour mettre fin à ce fléau.

    En 2011, au moins 84 personnes ont été tuées et 293 blessées par des mines et autres munitions non explosées en Birmanie, selon ICBL. Mais ces chiffres sont approximatifs. Car jusqu’à récemment, les autorités refusaient de reconnaître le problème.

    Selon Yeshua Moser-Puangsuwan, auteur du rapport d’ICBL, « seuls l’Afghanistan et la Colombie comptent autant de victimes que la Birmanie. Sauf que l’Afghanistan et la Colombie ont signé la Convention des Nations unies contre les mines. Il y a une surveillance médicale sur le terrain et on a une idée du nombre de victimes dans ces pays. En Birmanie, on a que des statistiques partielles. »

    Les mines ont été posées dans les zones de combats entre l’armée et les différentes rébellions ethniques, en particulier dans l’est du pays où l’insurrection Karen dure depuis de longues années. Et les explosifs sont particulièrement difficiles à localiser.

    « Les mines sont très dispersées, continue l'auteur du rapport. Quelques-unes sont posées sur une colline, quelques autres sur une exploitation agricole, mais vous n’avez quasiment pas de vaste champ de mines. »

    Il y a, du coup, très peu de cartes d’éventuels champs de mines. La tâche est donc immense. D’autant qu’aucune opération de déminage n’a pas encore été lancée en Birmanie, car les négociations de paix avec les différentes insurrections armées ne sont pas terminées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.