GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Le Bangladesh en deuil après la mort de 110 ouvriers dans une usine

    media Ce 27 novembre dans les rues de la capitale Dacca, des ouvrières manifestent leur colère après l'incendie dans une usine textile. REUTERS/Andrew Biraj

    Ce mardi 27 novembre est une journée de deuil national au Bangladesh, suite à la mort samedi dernier de 110 ouvriers dans une usine textile ravagée par un incendie dans la zone industrielle de Dacca, la capitale. Des milliers d'ouvriers ont manifesté pour le deuxième jour consécutif pour dénoncer le manque de sécurité. La police a réussi à retrouver le patron de l'usine un temps recherché. Les interrogatoires sont en cours.
     

    Les ouvriers bangladais sont en colère contre ce qu'ils appellent des « pièges mortels ». Les usines qui les emploient ne respectent bien souvent aucune règle de sécurité. La colère est d'autant plus grande que la police, qui mène son enquête pour déterminer les circonstances du drame, vient d'annoncer que les mille ouvriers employés dans l'usine Tazreen Fashion ont été empêchés par les gérants d'évacuer les lieux au moment de l'incendie, sous prétexte que la fumée n'était que le résultat d'un simple exercice-incendie.

    Autre élément à charge pour les responsables : le bâtiment de l'usine comportait neuf étages au lieu de trois, recommandés dans le permis de construire. Le patron est actuellement interrogé par les enquêteurs. Piégés par les flammes, de nombreuses victimes, principalement des femmes, sont mortes asphyxiées et intoxiquées par les fumées, d'autres ont péri en sautant dans le vide.

    Ces travailleurs pauvres payent de leur vie un manque total de mise aux normes de ces bâtiments vétustes et insalubres. Comme le dénoncent de nombreuses ONG, les marques clientes occidentales qui se fournissent massivement au Bangladesh y ont une grande part de responsabilité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.