GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Chine : Pékin dément toute condamnation dans l'affaire des «prisons noires»

    media

    La presse officielle a démenti, ce lundi 3 décembre, les informations publiées ce week-end qui faisait état de condamnations parmi les responsables des « prisons noires », ces lieux de détention illégaux où sont enfermés généralement les pétitionnaires des provinces venus porter réclamation dans la capitale. Le tribunal a également demandé des excuses aux médias qui ont publié l’information, sans toutefois démentir le fond de l’affaire.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Les autorités auraient certainement préféré éviter une telle publicité. La preuve que la question des « Hei Jianyu », comme disent les Chinois, restent un sujet sensible. Ces « prisons noires » sont en effet le secret d’Etat le moins bien gardé de Chine. Tout le monde sait ici qu’elles existent, même si les journaux n'en parlent quasiment jamais.

    Pour le fond de l’affaire, il y a bien eu une audience fin novembre, mais contrairement a ce qu’affirmait le Quotidien de la Jeunesse communiste ce week-end, pour l’instant le verdict n’a pas été prononcé et le tribunal de Chaoyang à Pékin poursuit son enquête afin de savoir si les plaintes des pétitionnaires correspondent à des faits avérés.

    Petit rappel des faits : fin avril, un certain Wang Gaowei, patron de l’une de ses prisons illégales dans la banlieue sud-est de Pékin, fait enfermer quatre pétitionnaires avant de les renvoyer le lendemain dans leur province du Henan, au centre du pays. Quelques jours plus tard, ces derniers portent plainte. La police arrête alors le patron de la « prison » pour détention arbitraire, ainsi que neuf gardiens, dont trois âgés de moins de 18 ans, comme le rapporte ce lundi le quotidien Nanfang Dushibao.

    Officiellement, ces faits doivent donc être vérifiés par le tribunal. Il n’y a pas eu encore de condamnation, mais les « prisons noires » ont bien été évoquées au grand jour, alors que des voix au sein même de l’appareil d’Etat appellent à leur disparition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.