GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le programme balistique de l'Iran «ne regarde pas» la France (responsable iranien)
    • Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri est à Paris (source proche)
    • COP23: la communauté internationale s'accorde pour évaluer en 2018 ses émissions de CO2
    Asie-Pacifique

    Chine: l'épouse du Prix Nobel Liu Xiaobo parle d'une surveillance surréaliste

    media

    Elle avait totalement disparu depuis l’attribution du prix Nobel de la paix 2010 à son mari, le dissident chinois emprisonné Liu Xiaobo. C’était il y a plus de 26 mois, et depuis Liu Xia vivait en résidence très surveillée, enfermée chez elle dans l’appartement du couple à Pékin. Ce jeudi 6 décembre, des journalistes de l’agence Associated Press ont pu la rencontrer. Elle leur a raconté l’absurdité des mesures de surveillance dont elle fait l’objet.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Sur les images diffusées ce jeudi 6 novembre par l’agence AP, on voit une femme bouleversée, en pleurs. Voilà maintenant deux ans et deux mois que l’on n’avait pas vu cette silhouette fragile. Liu Xia a toujours soutenu le combat de son mari pour les libertés en Chine.

    « Si la surveillance se relâche, c’est un très bon signe, confie au téléphone l’avocat de Liu Xiaobo, Mo Shaoping, suite à la nouvelle. Mais il se peut aussi que ce soit une négligence de ses gardiens. Depuis que Liu Xiaobo s’est vu décerner le prix Nobel de la paix en 2010, nous n’avons plus aucun contact avec lui et très peu avec sa famille ».

    Les gardiens en bas de la résidence semblaient partis déjeuner, racontent les journalistes d'AP. Liu Xia tremble quand elle les voit. Elle reste d’abord sans voix, puis s’effondre : « Je pensais être prête émotionnellement à répondre aux conséquences du prix Nobel, dit-elle, je n’aurais imaginé que je ne pourrai plus sortir de ma maison après cela […]. Même Kafka n’aurait pas pu écrire quelque chose d’aussi absurde ! »

    « C’est une situation totalement illégale, confirme Me Mo Shaoping. Elle a seulement le droit de manger avec ses parents une fois par semaine et elle ne peut visiter son mari qu’une fois par mois. La police l’emmène la veille en voiture. Elle arrive à la prison de Jinzhou [NDLR, dans la province du Liaoning, au nord-est de la Chine] le lendemain matin puis repart pour Pékin. Même pour aller au marché, elle est surveillée ».

    Mercredi, l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la paix 1984, a lancé une pétition mondiale pour la libération de Liu Xiaobo, soutenue par 133 autres lauréats de la prestigieuse récompense. L’avocat du prix Nobel 2010 espère que cela aidera à convaincre le nouveau numéro un chinois, Xi Jinping, de faire un geste : d’abord un relâchement des contrôles autour de Liu Xia, puis une remise de peine pour son mari Liu Xiaobo, pour raison de santé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.