GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Lundi 20 Février
Aujourd'hui
Mercredi 22 Février
Jeudi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Drame du Rana Plaza au Bangladesh: la loi sur le «devoir de vigilance» des multinationales définitivement adoptée au Parlement français
    • Policier municipal jugé pour violences: le parquet de Bobigny s'oppose à la requalification en viol
    • Débat télévisé entre Mélenchon, Hamon, Macron, Fillon et Le Pen le 20 mars sur TF1 (communiqué)
    • Autriche: la justice donne son feu vert pour l'extradition de l'oligarque ukrainien Firtach vers les Etats-Unis
    • La consommation intérieure brute d'énergie de l'UE est passée en 2015 sous son niveau de 1990 (Office de statistiques européen)
    • France: fermeture de l'un des derniers cercles de jeux parisiens, cinq hommes ont été interpellés (proche enquête)
    • Israël: le soldat Azaria condamné à dix-huit mois de prison pour la mort d'un Palestinien
    • Libye: les corps de 74 migrants découverts sur une plage non loin de Tripoli (Croissant-Rouge libyen)
    • La facture du Brexit sera «très salée» pour Londres, avertit Jean-Claude Juncker
    Asie-Pacifique

    Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne le tir nord-coréen

    media

    A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU s’est réuni d’urgence, à la demande des Etats-Unis et du Japon, moins de 24 heures après le lancement d'une fusée par la Corée du Nord. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s'est dit « inquiet » pour « la paix et la stabilité de la région ». Mais si les 15 pays membres du Conseil ont unanimement condamné ce tir, la Chine, qui détient le droit de veto, a clairement fait savoir qu’elle s’opposait à l’adoption d’une résolution menaçant son alliée Pyongyang de sanctions.

    Avec notre correspondante à New York, Alexandra Geneste

    Les partisans de « mesures fortes » contre la Corée du Nord n’ont pas obtenu gain de cause. Les Chinois freinant des quatre fers, le Conseil de sécurité a décidé de poursuivre des tractations pour décider de « la réponse appropriée ».

    Concrètement, les Occidentaux souhaitent faire adopter le plus vite possible une résolution prévoyant un élargissement des sanctions qui frappent déjà la Corée du Nord depuis 2006.

    Comme en avril dernier, après le tir manqué d'une fusée nord-coréenne, les 15 pays membres se sont rabattus sur une action en deux temps : cette condamnation - à laquelle s’est d’ailleurs joint Pékin - n’était que la première étape. Américains, Français et Britanniques vont désormais jouer de leurs moyens de pression en coulisses pour empêcher la Chine d’opposer son véto à un texte contraignant, porteur, lui, de nouvelles sanctions.

    Ce tir « montre que la Corée du Nord est déterminée à poursuivre son programme de missiles balistiques sans respecter ses obligations internationales », a estimé l’ambassadrice américaine Susan Rice. Les résolutions de l'ONU interdisent à Pyongyang toute activité nucléaire ou balistique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.