GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde : manifestations de colère après des viols collectifs à New Delhi

    media

    Une série de manifestations ont été organisées à New Delhi cette semaine en réaction au viol et à l’agression brutale d’une étudiante dans la capitale indienne dimanche. Ce fait divers sordide a provoqué la colère et l’indignation en Inde et relance le débat, de la rue aux medias en passant par le Parlement, sur l’insécurité quotidienne à laquelle font face les femmes dans le pays.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard

    La police a eu recours aux canons à eaux mercredi soir, pour disperser la foule en colère rassemblée devant la résidence du chef du gouvernement de Delhi Sheila Dikshit. Des milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers de la capitale indienne pour demander des sanctions plus fermes contre les auteurs d’agressions sexuelles et des mesures de sécurité accrues pour les femmes.

    A l’origine de cette vague d’indignation : le viol d’une étudiante de 23 ans par au moins quatre individus dimanche soir, en plein cœur de Delhi.

    Si ce fait divers a choqué le pays de par sa brutalité, les cas d’agressions sexuelles sont tristement récurrents en Inde. Et New Delhi n’est pas en reste. Surnommée la capitale du viol il y a quelques années, la mégalopole reste a ce jour un environnement hostile pour les femmes. Pour Ashima, étudiante de 20 ans venue manifester mercredi, cette situation est avant tout le résultat d’un sentiment d’impunité :

    «A Delhi, les agresseurs sont convaincu qu'ils ne se feront pas prendre, car quoi qu'ils fassent, il ne seront pas condamnes. Ils doivent etre condamne. La peine est de 7 ans de prison, mais elle devrait etre bien plus lourde».

    Des lois plus strictes pour protéger les femmes victimes de violences et de harcèlement, c’est pour cela que se bat Prabhleen et son association Jagori depuis deux ans. Cette jeune activiste insiste également sur la nécessité de briser le tabou du viol :

    « Nous pouvons faire valoir nos droits. A une époque, les femmes ne pouvaient porter plainte contre le harcèlement pour dot par exemple. Mais aujourd'hui il y a une loi prévue pour cela ».

    Accusé de laxisme, le gouvernement indien a d’ores et déjà annoncé un renforcement des patrouilles de police. Une mesure qui n’apaisera pas d’aussitôt la colère générale qui prevaut cette semaine en Inde.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.