Inde : l'ultime hommage à la jeune étudiante décédée après un viol - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:33 TU Sessions d'information
  4. 04:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Journal
  8. 05:34 TU Sessions d'information
  9. 05:40 TU Grand reportage
  10. 06:00 TU Journal
  11. 06:15 TU Sessions d'information
  12. 06:30 TU Journal
  13. 06:40 TU Sessions d'information
  14. 07:00 TU Journal
  15. 07:15 TU Sessions d'information
  16. 07:30 TU Journal
  17. 07:43 TU Sessions d'information
  18. 08:00 TU Journal
  19. 08:10 TU Religions du monde
  20. 08:30 TU Journal
  21. 08:33 TU Religions du monde
  22. 09:00 TU Journal
  23. 09:10 TU La marche du monde
  24. 09:30 TU Journal
  25. 09:33 TU La marche du monde
  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:43 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:15 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Sessions d'information
  13. 08:00 TU Journal
  14. 08:10 TU Le débat africain
  15. 08:30 TU Journal
  16. 08:40 TU Le débat africain
  17. 09:00 TU Journal
  18. 09:10 TU Religions du monde
  19. 09:30 TU Journal
  20. 09:33 TU Religions du monde
  21. 10:00 TU Journal
  22. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  23. 10:30 TU Journal
  24. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  25. 11:00 TU Journal
fermer

Asie-Pacifique

Inde

Inde : l'ultime hommage à la jeune étudiante décédée après un viol

media

Comme le veut la tradition, les cendres de la jeune femme ont été dispersées dans le Gange sous le regard de centaines de personnes venues lui rendre un dernier hommage, mardi 1er janvier 2013. Cette nuit, les forces armées indiennes, certains hommes politiques, de simples citoyens ou des établissements nocturnes ont annulé leurs festivités du Nouvel An, un geste symbolisant la tristesse qui s'est emparée du pays. Le gouvernement a, quant à lui, mis en place ce mardi un numéro d'urgence pour aider les femmes.

De notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard

Près de 500 personnes étaient présentes ce mardi 1er janvier 2013 sur les bords du Gange, non loin de la ville de Bénarès dans le nord de l’Inde, pour rendre un ultime hommage à l’étudiante de 23 ans dont le viol et le meurtre ont choqué le pays ces dernières semaines.

La famille de la victime a déversé ses cendres dans le fleuve sacré, comme le veut la tradition hindoue, deux jours après ses funérailles, qui ont eu lieu dans l’intimité dimanche 30 décembre 2012.

Ce fait divers sordide, survenu en plein cœur de New Delhi, a déclenché une vague de colère et de manifestations sans précédent en Inde, faisant la lumière sur les violences faites aux femmes dans le pays.

Fortement critiqué pour son laxisme, le gouvernement indien a annoncé une série de mesures pour assurer la sécurité des femmes dans la capitale. Un numéro d’urgence, destiné aux femmes en danger et connecté aux 185 postes de police de la ville, a notamment été mis en place.

Le ministre indien de l’Intérieur a lancé un appel à tous les partis politiques du pays lundi 31 décembre 2012, leur demandant d’envoyer leurs recommandations concernant l’amendement des lois traitant du viol.

Ce fait divers a déclenché un vaste débat national en Inde. De milliers de manifestants et de responsables politiques demandaient la peine de morts pour les violeurs ces deux dernières semaines. Le gouvernement est désormais sous pression pour durcir les peines réservées aux auteurs d’agressions sexuelles.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.