GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Etats-Unis désignent la Corée du Nord comme «Etat soutenant le terrorisme» (Maison Blanche)
    • Le Hezbollah nie tout lien avec un missile tiré vers RIyad depuis le Yémen
    • Liban: le Hezbollah nie envoyer des armes au Yémen, à Bahreïn et au Koweït
    • Merkel: des élections anticipées préférables à un gouvernement minoritaire
    • Le Hezbollah se dit prêt à se retirer d'Irak après la défaite de l'EI
    • Argentine: le sous-marin «San Juan» avait signalé une avarie lors de sa dernière communication (officiel)
    • Allemagne: le président Frank-Walter Steinmeier exhorte les partis au compromis pour gouverner
    • Argentine: les appels de samedi ne provenaient pas du sous-marin porté disparu (officiel)
    • Allemagne: le Parti social-démocrate (SPD) réitère son refus de participer à une nouvelle coalition gouvernementale
    Asie-Pacifique

    Viol en Inde: le petit ami de la victime livre un témoignage accablant

    media

    Le petit ami de l’étudiante indienne victime d’un viol collectif dans un bus de New Delhi est sorti de son silence vendredi 4 janvier. Sur la chaîne de télévision Zee News, il a raconté leur calvaire, et a affirmé que lui et son amie sont restés près de deux heures après leur agression sous les yeux des passants et de la police, sans que quiconque ne songe à leur venir en aide.

    Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

    C’est un réquisitoire qui implique autant la police que l’Indien du quotidien. Le jeune garçon de vingt-huit ans, et compagnon de la fille violée le 16 décembre, a raconté à la chaîne de télévision Zee News la jambe encore dans le plâtre, qu’après avoir été frappée à coups de barre de fer, puis violée pendant plus de deux heures dans l’autobus, la fille a a été déshabillée, tout comme lui, pour ne pas laisser de preuves. Ils ont été abandonnés sur le bord de la route, en sang.

    Mais étonnamment, leur calvaire n’était toujours pas terminé, car pendant deux heures supplémentaires, les voitures sont alors passées, se sont arrêtées – leurs occupants s’interrogeaient – mais toutes sont reparties immédiatement.

    Il a fallu qu’une voiture de police les aperçoive pour qu’ils soient, finalement, aidés. Et même alors, les policiers ont débattu pendant trente minutes, sur place, sur l’article du code pénal qu’il fallait utiliser dans ce cas-là. Ceci, alors que le garçon aidait, tout seul, sa compagne, à monter dans la voiture de police.

    Il n’est donc pas étonnant que le garçon n’appelle pas particulièrement à changer les lois, pour empêcher que de tels crimes arrivent en Inde, mais qu’il appelle, avant tout, à ce que chacun se sente concerné par le sort de son voisin et que la police agisse de manière plus humaine et efficace.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.