Viol en Inde: le petit ami de la victime livre un témoignage accablant - Asie-Pacifique - RFI

Réécouter

Grand reportage

Les cosaques
Des cosaques dans les rues de Sotchi, le 6 février 2014.

 

  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Journal
  16. 03:33 TU Sessions d'information
  17. 03:40 TU Accents d'Europe
  18. 04:00 TU Journal
  19. 04:15 TU Sessions d'information
  20. 04:30 TU Journal
  21. 04:33 TU Sessions d'information
  22. 04:40 TU Grand reportage
  23. 05:00 TU Journal
  24. 05:15 TU Sessions d'information
  25. 05:30 TU Journal
  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Sessions d'information
  16. 04:00 TU Journal
  17. 04:15 TU Sessions d'information
  18. 04:30 TU Sessions d'information
  19. 05:00 TU Journal
  20. 05:15 TU Sessions d'information
  21. 05:30 TU Sessions d'information
  22. 06:00 TU Journal
  23. 06:15 TU Sessions d'information
  24. 06:30 TU Journal
  25. 06:43 TU Sessions d'information
fermer

Asie-Pacifique

Inde criminalité

Viol en Inde: le petit ami de la victime livre un témoignage accablant

media

Le petit ami de l’étudiante indienne victime d’un viol collectif dans un bus de New Delhi est sorti de son silence vendredi 4 janvier. Sur la chaîne de télévision Zee News, il a raconté leur calvaire, et a affirmé que lui et son amie sont restés près de deux heures après leur agression sous les yeux des passants et de la police, sans que quiconque ne songe à leur venir en aide.

Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

C’est un réquisitoire qui implique autant la police que l’Indien du quotidien. Le jeune garçon de vingt-huit ans, et compagnon de la fille violée le 16 décembre, a raconté à la chaîne de télévision Zee News la jambe encore dans le plâtre, qu’après avoir été frappée à coups de barre de fer, puis violée pendant plus de deux heures dans l’autobus, la fille a a été déshabillée, tout comme lui, pour ne pas laisser de preuves. Ils ont été abandonnés sur le bord de la route, en sang.

Mais étonnamment, leur calvaire n’était toujours pas terminé, car pendant deux heures supplémentaires, les voitures sont alors passées, se sont arrêtées – leurs occupants s’interrogeaient – mais toutes sont reparties immédiatement.

Il a fallu qu’une voiture de police les aperçoive pour qu’ils soient, finalement, aidés. Et même alors, les policiers ont débattu pendant trente minutes, sur place, sur l’article du code pénal qu’il fallait utiliser dans ce cas-là. Ceci, alors que le garçon aidait, tout seul, sa compagne, à monter dans la voiture de police.

Il n’est donc pas étonnant que le garçon n’appelle pas particulièrement à changer les lois, pour empêcher que de tels crimes arrivent en Inde, mais qu’il appelle, avant tout, à ce que chacun se sente concerné par le sort de son voisin et que la police agisse de manière plus humaine et efficace.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.