GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde : le président de la Cour suprême veut une justice plus rapide contre les crimes sexuels

    media Après l'indignation suscitée par le viol collectif d'une étudiante mi-décembre, le président de la Cour suprême a ordonné aux juges de mettre en place des tribunaux spéciaux, chargés d'instruire plus rapidement les crimes sexuels. Gettyimages

    Le président de la Cour suprême a ordonné aux juges de mettre en place des tribunaux spéciaux, chargés d'instruire plus rapidement les crimes sexuels, après le scandale provoqué par le viol collectif d'une étudiante de 23 ans à New Delhi. Dans une lettre adressée aux juges siégant dans les hautes cours de chaque Etat de l'Inde, Altamas Kabir a estimé que cette violente agression contre la jeune femme dans un bus le 16 décembre dernier, a « ébranlé la conscience de la nation. Sa mort le 30 décembre, dans un hôpital de Singapour, avait précipité des foules recueillies dans toutes les rues du pays.

    Avec notre correspondant à new Delhi, Sébastien Farcis

    « Le temps est venu pour nous d’affronter ce problème de manière expéditive, sans quoi nous aurons failli dans notre mission, qui est d’arrêter la croissance de ces crimes ». C’est avec ces mots solennels et directs que Altamas Kabir, le président de la plus Haute cour indienne a demandé la mise en place de ces cours spéciales et rapides pour juger les crimes commis contre les femmes.

    Cette demande constructive est particulièrement opportune, au moment où tous les gouvernements régionaux du pays cherchent à gagner des points auprès d’une opinion publique en colère sur ce sujet.

    Cinq de ces cours spéciales ont justement été créées, il y a quatre mois par le gouvernement de New Delhi, et inaugurées ces jours-ci avec le procès très médiatisé des cinq accusés du viol collectif.

    En tout, quarante postes doivent être créés, pour un budget d’environ 250 000 euros par an.

    Cour spéciale pour crimes sexuels

    Trois semaines après le viol d'une étudiante de 23 ans dans un bus à New Delhi, le procès de cinq des six violeurs présumé a commencé devant une cour spéciale pour crime sexuels. Les cinq hommes encourent la peine de mort (le sixième suspect est mineur, il sera jugé séparemment). L'affaire a provoqué une onde de choc dans la société indienne. Hier l' ambiance était éléctrique dans la salle d'audience, au point que les juges ont demandé le huis clos. Christophe Jaffrelot, spécialiste de l'Inde au CERI, Centre d'études et de recherches internationales de Sciences Po à Paris, détaille la suite de la procédure.

    Le procès est accéléré pour apaiser l'émotion de l'opinion

    Christophe Jaffrelot

    Spécialiste de l'Inde au CERI

    08/01/2013 - par Jelena Tomic Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.