GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Eliminatoires CAN 2021 : A domicile, la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)
    Asie-Pacifique

    Sri Lanka: restrictions sur le travail des jeunes femmes à l’étranger

    media En Indonésie (photo) comme au Sri Lanka, les manifestations contre l'exécution de domestiques en Arabie Saoudite sont fréquentes. AFP PHOTO / ADEK BERRY

    On se souvient de Rizana Nafik, cette jeune servante sri-lankaise décapitée en Arabie Saoudite après la mort du bébé dont elle avait la charge. Pour éviter ce genre de drames, le gouvernement sri-lankais a décidé d’interdire aux jeunes femmes de moins de 25 ans d’aller travailler en Arabie Saoudite à des postes de servantes ou d’employées de maison.

    « Tout le monde en Arabie Saoudite doit avoir droit à un procès équitable, en accord avec les lois internationales sur les droits de l'homme », c'est ce qu'avait demandé un Ban Ki-moon consterné, début janvier, après la décapitation de Rizana Nafik. La jeune fille n'aurait eu droit à un avocat et un traducteur qu'après avoir été condamnée à mort.

    Visiblement, le Sri Lanka ne croit pas à un changement rapide des lois du pays, qui applique la charia de manière très stricte, puisque Colombo annonce que les jeunes Sri-Lankaises de moins de 25 ans n'auront dorénavant plus le droit de se rendre en Arabie Saoudite pour y travailler comme servantes.

    La mesure devrait être ensuite étendue à tous les âges et à tous les pays pour les emplois peu rémunérés.

    Près de1,7 million de Sri-Lankais sont aujourd'hui employés à l'étranger, dont 45% de femmes, et les 6 millions de dollars qu'ils envoient chez eux chaque année sont cruciaux pour le pays. L'émotion soulevée par le sort de Rizana Nafik a évidemment pesé sur ces annonces du gouvernement, mais reste à savoir si elles sont tenables. Comme le constatait tristement une journaliste sri-lankaise au lendemain de l'exécution de la jeune femme : « Nous allons continuer à envoyer nos femmes en Arabie Saoudite longtemps après la mort de Rizana parce que, pour le dire simplement, nous avons besoin de cet argent ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.