GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 7 Février
Lundi 8 Février
Mardi 9 Février
Mercredi 10 Février
Aujourd'hui
Vendredi 12 Février
Samedi 13 Février
    Asie-Pacifique

    Visite express du ministre français de la Défense à Riyad

    media Jean-Yves Le Drian, le 14 janvier 2013 à l'Elysée (Paris). REUTERS/Philippe Wojazer

    Jean-Yves Le Drian se rend en Arabie Saoudite, ce dimanche 27 janvier 2013. Le ministre français était déjà venu en juin dernier 2012, à l'occasion des obsèques du prince Nayef, ministre de l'Intérieur. Objectif de cette deuxième visite : faire le point sur les relations bilatérales de coopération en matière de défense. Mais compte tenu de l'actualité, il sera grandement question du Mali.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    C'est sûr, la guerre au Mali donne un tout autre relief à la venue du ministre français de la Défense. Jean-Yves Le Drian, qui effectue une visite de 15 heures chrono dans le royaume, est chargé d’une mission élyséenne. Le Français est en effet porteur d’une lettre du président Hollande adressée au roi Abdallah. M. Le Drian doit la remettre au prince héritier, Salmane.

    Dans cette missive, le chef de l'Etat français se justifie. Il explique les raisons profondes de son intervention militaire au Mali, les motivations réelles de la France. Le tout en insistant sur le caractère provisoire de l’opération. On l’aura compris : il n'est pas question pour les autorités françaises de froisser leurs relations avec les Saoudiens, alliés de poids sur le plan politique et surtout financier.

    L’Arabie Saoudite, pôle de stabilité dans la région, est engagée depuis le 11-Septembre dans la lutte contre al-Qaïda. Le pays semble soutenir à mots couverts l’action de la France au Mali. Lors de ses entretiens avec les princes Salmane et Khaled Bin Fahad, il sera aussi question du contexte régional des dossiers brûlants, comme la Syrie, l’Iran et le Yémen.

    Sans oublier, pour Jean-Yves Le Drian, de défendre les dossiers militaires en cours de finalisation, comme le contrat tant attendu du LEX, de la direction des constructions navales, pour 1 milliard d’euros. Cependant, aucune signature n'a été annoncée pour cette visite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.