GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: New Delhi la nuit, femmes en danger

    media

    Un mois et demi après le viol collectif du 16 décembre 2012, les manifestations sont plus rares dans la capitale indienne, mais la révolte est toujours présente dans le cœur de la jeunesse indienne. Les femmes, et aussi beaucoup de jeunes hommes, se battent contre le système traditionnel et patriarcal indien, qui a longtemps toléré les agressions contre les femmes. Un nouveau mouvement social est né et réclame des réformes de fond au gouvernement afin de mieux protéger les femmes.

    De notre correspondant en Inde

    Il est sept heures du soir, et les grands lampadaires diffusent une lumière pale qui se brise sur les silhouettes des passants anonymes, formant de longues ombres sur le pavé de l’arrêt de bus de Malviya Nagar, dans le sud huppé de New Delhi.

    Dressée dans cette nuit hivernale, Twinkle, une jolie et jeune étudiante de 21 ans, est recouverte d’un épais pull en laine et d’une écharpe qui dissimulent ses formes. Elle étire les bras contre son corps, et enfouit ses mains dans les poches de son pantalon bleu. Son regard fixe est concentré sur un bus qui tarde.

    Tout autour d’elle, des hommes, uniquement des hommes. « À cette heure-ci, vous ne verrez pas de femmes, lâche-t-elle rapidement, comme une évidence, sans perdre de vue son objectif. Un autobus vert surgit soudainement, les portes déjà béantes sur la foule compressée du soir. « Venez », lance-t-elle avant de partir à l’assaut. Ici commence le combat routinier de cette jeune femme lâchée dans un monde d’hommes.

    Pendant une demi-heure, Twinkle voyagera serrée contre des mâles qui n’hésiteront pas à la regarder vulgairement, à se frotter contre elle voire à lui pincer les fesses, sans aucune gêne. « Pour eux, nous ne sommes rien, lâche-t-elle avec dégoût, une fois descendue. Je me sens tellement humiliée que j’ai envie de laver tout mon corps ».

    Une génération révoltée

    Comme des milliers d’autres femmes de sa génération, cette étudiante en sociologie a pris la rue d’assaut, au lendemain du viol collectif d’une étudiante le dimanche 16 décembre 2012 au soir, survenu dans un bus privé du sud de New Delhi. C’est d’abord l’horreur du crime qui les a révoltés : cette nuit-là, les six hommes ivres ont battu son compagnon, avant de violer la femme de 23 ans et de brutaliser ses parties intimes à l’aide d’une barre de fer.

    C’était le viol de trop, et il a libéré toute la rage de la jeunesse indienne contre un modèle traditionnel et patriarcal imposant généralement aux femmes de devenir la propriété des hommes et, bien souvent, de subir le viol en silence. Des jeunes hommes ont alors rejoint en masse les manifestantes, brisant les barrières de genre. Ce mouvement n’était plus celui des féministes, ou des femmes, mais d’une génération en passe de changer le visage de l’Inde, dans un pays où la moitié de la population est âgée de moins de 25 ans.

    650 plaintes pour viol en 2012 uniquement à New Delhi

    Le lieu de cette catharsis n’était pas neutre : New Delhi est la métropole indienne qui compte le plus de viols enregistrés - 650 plaintes en 2012, en croissance de 25% en quatre ans. Au niveau national, 24 206 plaintes pour viol ont été enregistrées en 2011, soit plus de deux agressions par heure. Un chiffre à multiplier par trois si l’on intègre d’autres types d’harcèlements ou agressions sexuelles.

    À cela, il faut également ajouter les milliers d’attaques annuelles et de défigurations de femmes à l’acide commises par des hommes éconduits, de « crimes d’honneur » contre des couples qui ont cru en leur amour et se sont élevés contre les règles claniques ou d’avortements de fœtus féminins, pour comprendre que le terreau était largement fertile pour une telle révolution. L’Inde a en effet été classée comme le 5e pays du monde le plus dangereux pour les femmes, par la fondation Trustlaw.

    Cette prise de conscience actuelle est avant tout urbaine - ce qui n’intègre aujourd’hui qu’un tiers de la population indienne - et se fracasse contre les valeurs et intentions d’une classe politique âgée en moyenne de plus de 50 ans. Mais ce mouvement ne s’éteindra pas et ces élus devront maintenant trouver la voie d’une réforme de société qui s’annonce très longue.

    La commission Verma, mise en place par le gouvernement suite au viol, lui a donné de nombreuses pistes dans un rapport de 650 pages publié le 23 janvier, qui fera date : ces éminents juristes proposent entre autres de créer de nouveaux délits pour les cas de voyeurisme ou de harcèlement, de reconnaître les viols conjugaux, qui toucheraient une femme mariée sur dix mais ne peuvent être punis et de faire juger les affaires de viols par des femmes. Les cartes sont maintenant dans les mains du gouvernement qui, à un an des élections nationales, est sommé d’agir s’il veut reconquérir la jeunesse du pays.


    En savoir plus:
    Chanson composée en l’honneur de la jeune étudiante violée ici ou ici

    Six hommes et un peuple en colère

    « Pendez-les ! », crie la foule depuis plus d’un mois. Les six accusés du viol collectif du 16 décembre sont jugés en ce moment pour l’enlèvement, le viol, et le meurtre de l’étudiante de 23 ans, surnommée par les manifestants « la fille de l’Inde ». L’un d’entre eux est âgé de 17 ans et il est jugé par une cour pour mineurs qui ne pourra le condamner à une peine de plus de trois ans, alors que les autres risquent la peine de mort.

    La police assure avoir réuni suffisamment de preuves, sous la forme de traces ADN ou du témoignage du compagnon qui a survécu, pour les condamner. La défense, quant à elle, affirme que la pression médiatique empêche la tenue d’un procès équitable, que la police a torturé les accusés et que les preuves ont été falsifiées pour accélérer la procédure de l’affaire judiciaire la plus suivie en Inde en ce début d’année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.