Les Rohingyas indésirables en Thaïlande - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU 7 milliards de voisins
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU 7 milliards de voisins
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Priorité santé
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Priorité santé
  12. 17:00 TU Journal
  13. 17:10 TU La bande passante
  14. 17:30 TU Journal
  15. 17:33 TU La bande passante
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Sessions d'information
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU Grand reportage
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU Accents d'Europe
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Couleurs tropicales
  25. 20:30 TU Journal
  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU 7 milliards de voisins
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU 7 milliards de voisins
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Priorité santé
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Priorité santé
  12. 17:00 TU Journal
  13. 17:10 TU La bande passante
  14. 17:30 TU Journal
  15. 17:33 TU La bande passante
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Sessions d'information
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU Grand reportage
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU Accents d'Europe
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Couleurs tropicales
  25. 20:30 TU Journal
fermer

Asie-Pacifique

Birmanie ONU Réfugiés Thaïlande bouddhisme

Les Rohingyas indésirables en Thaïlande

media

La Thaïlande n'acceptera désormais plus de nouveaux réfugiés Rohingyas sur son territoire. Les Rohingyas sont des musulmans qui vivent dans l’ouest de la Birmanie. Des violences intercommunautaires en juin dernier, les opposant aux bouddhistes de cette région, a provoqué un exode massif de ces Rohingyas par voie maritime, notamment vers la Malaisie. Quelque 1 400 d’entre eux ont débarqué à mi-chemin sur les côtes thaïlandaises, où ils sont détenus par les autorités.

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Après l’arrivée de plus d’un millier de Rohingyas ces deux derniers mois, le gouvernement thaïlandais met le holà. Dans un entretien accordé à l’AFP, le chef du Conseil national de sécurité a annoncé que le royaume fermait ses portes à ces réfugiés musulmans venus de l’ouest birman. Désormais, la marine thaïlandaise interceptera les bateaux transportant des Rohingyas et leur fournira des vivres pour leur permettre d’atteindre leur destination, généralement la Malaisie.

Quant aux 1 400 Rohingyas déjà sur le sol thaïlandais, dans les provinces du sud du pays, Bangkok leur accorde six mois de résidence. D’ici là, des discussions avec le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies et avec la Birmanie devraient, -en tout cas, c’est le souhait de la Thaïlande-, trouver une solution : soit renvoyer ces réfugiés en Birmanie, soit les installer dans des pays tiers. La première option est d’ores et déjà rejetée par les Rohingyas, lesquels refusent de retourner dans l’Etat birman d’Arakane qu’ils ont fui.

Pour l’instant, les autorités de Birmanie n’ont, elles, pas du tout réagi, malgré la myriade de problèmes que cause l’exode des Rohingyas dans les pays voisins. Une absence de réaction qui n’est pas vraiment surprenante, le gouvernement birman refusant d’accorder la nationalité aux Rohingyas.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.