GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Italie: à Venise, la place Saint-Marc fermée à cause d'une nouvelle inondation
    • Reconnaissance faciale en France: la Cnil dit oui à l'expérimentation mais dans un cadre strict
    • L'Irak «ne sera plus le même» après la contestation (ayatollah Sistani)
    • La justice française remet en liberté Vincenzo Vecchi, réclamé par les autorités italiennes
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    Asie-Pacifique

    Un soutien japonais de 120 millions de dollars au Mali

    media Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (à droite), et son ministre des Finances Taro Aso, le 28 janvier 2913 au Parlement à Tokyo. REUTERS/Toru Hanai

    Le Japon offre 120 millions de dollars pour aider à stabiliser le Mali et le Sahel. Cette décision du gouvernement japonais est intervenue quelques jours après le retour des dépouilles de dix Japonais tués dans l'attaque du complexe gazier d'In Amenas en Algérie, et au moment où s'ouvrait, ce 29 janvier à Addis-Abeba (Ethiopie), une réunion des pays donateurs pour la Mission internationale de soutien au Mali (Misma).

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Les Japonais restent sous le choc de la mort de dix de leurs ressortissants dans laprise d’otages d'In Amenas, en Algérie. Cela n’empêche pas le gouvernement nippon d’allouer 120 millions de dollars supplémentaires pour aider à stabiliser le Mali et le Sahel.

    Le Japon signale ainsi sa volonté de rester en Afrique, alors que l’opinion publique japonaise est beaucoup plus réservée à ce sujet. Ces 120 millions de dollars visent à renforcer la Misma et à réduire au Sahel la pauvreté qui constitue le terreau du terrorisme, déclare le gouvernement japonais.

    Cette prise d’otages en Algérie incite le Japon à investir dans des actions préventives contre le terrorisme, un moyen de renforcer la sécurité de ses entreprises actives en Afrique. Le Japon est l’un des principaux pays donateurs. Il considère le continent noir comme un marché en pleine croissance et il n’entend pas laisser à la Chine le monopole de l’accès au marché africain.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.