GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Une fois de plus, un vaste nuage de pollution recouvre Pékin

    media

    Pékin suffoque à nouveau ce mercredi 30 janvier 2013. Un épais brouillard recouvre la capitale chinoise et sa région. L’indice de pollution à dépassé, mardi, les 500, soit un chiffre trois fois plus élevé que le seuil critique définit par L’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une situation qui conduit les autorités à davantage de transparence en matière d’environnement.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Un air âpre, des habitants qui vont au travail masqués et une visibilité limitée à 50 mètres par endroit, la pollution devrait se maintenir au moins jusqu’à demain jeudi, affirme le bureau de la météo de Pékin. « En janvier, la capitale n’a connu que cinq jours sans brouillard », écrit ce mercredi 30 janvier, le Quotidien du Peuple avec pour conséquence aujourd’hui encore, des autoroutes fermées et des vols annulés et une population de plus en plus inquiète.

    Les Pékinois ont désormais les yeux rivés sur leur Smartphone, où des applications permettent de suivre heure par heure la dégradation de la qualité de l’air. L’indice de pollution a atteint 352 ce matin selon l’ambassade américaine à Pékin, 274 selon la mairie ; sachant qu’au dessus de 150 l’air est considéré comme « malsain » pour les plus jeunes et les personnes âgées ; au-dessus de 300, tout le monde est invité à limiter ses activités à l’extérieur.

    Depuis « l’airpocalypse » de la mi-janvier, où l’indice de pollution a dépassé la barre des 700, les autorités sont contraintes de communiquer. Pour la troisième fois en un mois, le ministère de l’Environnement a diffusé des images satellite de la nappe de pollution recouvrant Pékin et sa région sur près de 1,3 million de m2. A l’échelon national, dix mégalopoles et provinces sont concernées par cette véritable purée de poix. Des images terrifiantes ont été produites par la Nasa ; elles ont attiré dans la seule journée d’hier plus de deux millions de clics sur les sites internet chinois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.