Les funérailles de Norodom Sihanouk, un tournant pour le Cambodge - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Asie-Pacifique

Cambodge Norodom Sihamoni

Les funérailles de Norodom Sihanouk, un tournant pour le Cambodge

media

Les funérailles officielles de l’ancien roi Norodom Sihanouk ont débuté dans le faste au Cambodge ce vendredi 1er février. Une procession a accompagné le corps du monarque jusqu’au parc où sa crémation aura lieu lundi. Le décès du monarque le 15 octobre dernier à Pékin marque un tournant historique pour le pays. La population s’est massivement rassemblée derrière son icône.

Norodom Sihanouk monte sur le trône en 1941, lorsque le pouvoir colonial français lui remet la couronne. Il conduit le pays vers l’indépendance, acquise en 1953, et traverse ensuite tous les soubresauts de l’histoire mouvementée et tragique du Cambodge, malgré deux périodes d’exil et deux restaurations.

Le parcours de celui que l’on appelle « le Père sacré de la nation », car il a su préserver l'unité du royaume, n'a pas toujours fait l'unanimité de son vivant.

Sa disparition a toutefois suscité une immense émotion collective, et Norodom Sihanouk rassemble davantage les Cambodgiens aujourd’hui qu’il ne l’a fait de son vivant.


Son soutien aux Khmers rouges : « un pacte avec le diable »

Le début du règne de Norodom Sihanouk est celui d’un monarque absolu. Dès les années 1950, il connaît d’ailleurs une opposition républicaine. Ces années de paix sont considérées comme un âge d’or contrastant avec les périodes sombres qui allaient suivre.

Norodom Sihanouk réprime sévèrement ses opposants. Dans les années 1960, il n’hésite pas à faire exécuter beaucoup de militants politiques pro-vietnamiens. Mais la page la plus noire de son histoire est sans aucun doute le soutien qu’il accorde au régime des Khmers rouges. En exil en Chine après l’invasion du pays par le Vietnam, il choisit, comme il le dit lui-même, de « faire un pacte avec le diable » pour résister à l’occupation.

Le Cambodge sans « Monseigneur papa »

Le 7 octobre 2004, Norodom Sihanouk -  dit « Monseigneur papa » - abdique en faveur de son fils Norodom Sihamoni. Il n’en reste pas moins présent dans la vie publique, notamment en échangeant publiquement sur internet avec un mystérieux correspondant des Pyrénées françaises, à qui il fait dire ce qu’il pense de la politique du gouvernement en place.
Avec le règne de Norodom Sihamoni, la monarchie constitutionnelle n’a plus qu’un rôle de représentation. La disparition de son père ne change rien, aujourd’hui, à la vie politique du pays.

Hun Sen, autocrate à la poigne de fer

L’homme fort du Cambodge est depuis longtemps déjà le Premier ministre Hun Sen. Il dirige le Cambodge d’une main de fer. Si l’économie connaît une croissance soutenue, la population est confrontée à une inflation galopante. La corruption sévit à grande échelle, les droits de l'homme sont bafoués, la justice quasi inexistante.

Le principal fléau auquel est confrontée la population est la pratique des expropriations forcées.

La Ligue cambodgienne des droits de l’homme estime à 400 000 le nombre de personnes chassées violemment de leurs terres, en échange d’une indemnisation purement symbolique, au profit de groupes privés qui convoitent l’exploitation du bois ou du caoutchouc.

Tensions politiques à l’approche des élections

Les prochaines élections législatives se dérouleront en juillet 2013. Hun Sen a réussi à affaiblir considérablement l’opposition, notamment en contraignant son principal dirigeant, Sam Rainsy, à l’exil.

Mais cette dernière se réorganise et compte sur les pressions de la communauté internationale. Par ailleurs, le Premier ministre doit faire face à des rivalités et dissensions internes à son parti, le Parti du peuple cambodgien.

Hun Sen a donc tout intérêt, aujourd’hui, à rassembler le pays autour de l’héritage de Norodom Sihanouk, figure majeure de l’Asie du XXe siècle, bien au-delà des frontières du petit pays.

Trente ans depuis Pol Pot - Le Cambodge de 1979 à 2009, de Raoul-Marc Jennar, aux éditions l'Harmattan, 2010.

Cambodge, vers de nouvelles tragédies, de Dominique Luken Roze, préface de François Ponchaud, aux éditions l’Harmattan, 2005.

Le site Asia Observer, tenu par le Pr Jacques de Goldfiem.

 


 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.