GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Japon dénonce l'intrusion de deux avions chasseurs russes dans son espace aérien

    media

    Regain de tension au large des côtes japonaises. Et cette fois-ci, c'est la Russie qui est concernée. Deux avions chasseurs russes seraient entrés, ce jeudi 7 février, dans l'espace aérien japonais. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le ministère japonais de la Défense qui a fait immédiatement décoller quatre appareils des forces nippones.

    L'incident aura duré une petite minute, suffisamment pour mettre l'administration nippone dans tous ses états. Le ministère des Affaires étrangères a aussitôt protesté auprès de la Russie. Réponse de Moscou : il n'y a pas eu intrusion dans le ciel japonais.

    Ce que les Russes ne démentent pas, en revanche, c'est qu'il y avait bien des Sukhoï dans la région, des avions de lutte anti-sous-marine en manoeuvre en mer d'Okhotsk aux abords des îles Kouriles du Sud.

    Or, un contentieux territorial persiste entre les deux pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il porte sur quatre îles situées dans le prolongement de la grande île septentrionale du Japon, Hokkaido. La dispute empêche la signature d'un traité de paix entre la Russie et le Japon, et cela depuis 68 ans.

    A peine nommé Premier ministre en décembre, les premières déclarations de Shinzo Abe laissaient entrevoir des progrès sur ce dossier, contrairement à celui qui l'oppose à la Chine au sujet des îles Diaoyu/Senkaku.

    Ce jeudi, le Premier ministre venait de confirmer son souhait d'aboutir à la signature d'un traité de paix, mais il le faisait devant un parterre d'anciens habitants de ces îles. Moscou a peut-être souhaité envoyer un signal, rappeller que cela ne se ferait pas à ses dépens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.