GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: la jihadiste française Mélina Boughedir va être réjugée pour «terrorisme» (tribunal)
    • Kim Jong-un exprime sa «tristesse» après la mort de 32 touristes chinois dans un accident d'autocar en Corée du Nord
    • Greenpeace veut une politique agricole commune européennne (PAC) qui favorise l'environnement et non l'élevage intensif
    Asie-Pacifique

    En Afghanistan, l’argent de la corruption est le double du budget de l’Etat

    media

    En 2012, la totalité des pots-de-vin versés par les Afghans auraient atteint 3,9 milliards de dollars, soit l’équivalent du double du budget de l’Etat, selon un rapport du bureau l'ONU consacré à la drogue et au crime. Toujours selon ce rapport, un Afghan sur deux a été confronté à ces petits arrangements, bakchich ou autres facilitateurs. Si l'on en croit le classement de l'ONG Transparency International, l'Afghanistan est aujourd'hui l'un des pays les plus corrompus au monde.

    Avec notre correspondant à Kaboul, Nicolas Ropert

    La corruption est partout. Waleed, un jeune homme d'affaire de Kaboul, assure être confronté dans sa vie quotidienne, presque tous les jours, à ce type de problème. Pour chaque formalité administrative, les fonctionnaires lui demandent un bakchich. « Par exemple, nous avons le droit d'avoir une carte d'identité en Afghanistan. Même pour quelque chose d'aussi simple que cela, quand j'ai eu besoin de faire la mienne : j'ai dû payer entre 1 000 et 2 000 afghanis, soit une trentaine d'euros », explique Waleed.

    Etre obligé de soudoyer un fonctionnaire est devenu quasi-obligatoire. Malgré les garde-fous mis en place, impossible de contrôler chaque bureau. Les pratiques sont d'autant plus indispensables qu'elles permettent de gagner du temps, témoigne Hajmi. « La corruption est courante, raconte cet employé de bureau. Dernièrement je voulais récupérer mon permis de conduire. Cela aurait très long alors qu'en parlant avec la bonne personne, je l'ai eu en deux ou trois jours. Je l'ai payée et j'ai eu mon permis. Il n'y a pas le choix si on veut faire les choses vite ».

    Selon le rapport du bureau de l'ONU consacré à la drogue et au crime, 68% des Afghans estiment qu'il est normal qu'un fonctionnaire accepte de l'argent.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.