GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Piratage informatique: la Chine accuse les Etats-Unis

    media La Chine accuse les Etats-Unis de procéder à de nombreuses attaques informatiques chaque mois contre les sites internet du ministère de la Défense et de l'armée. Rubberball/Mike Kemp

    La Chine accuse à son tour les Etats-Unis d’avoir mené des attaques informatiques contre des sites internet du ministère chinois de la Défense. C’est la réponse du berger à la bergère . Cette annonce intervient en effet une semaine après le rapport de la société Mandiant dénonçant une unité secrète de cybersoldats chinois basée à Shanghai.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Il est rare que l’Armée populaire de libération réagisse directement aux révélations publiées dans la presse étrangère. C’est bien pourtant ce que vient de faire le porte-parole du ministère de la Défense. « Les sites de l’armée chinoise ont été attaqués en moyenne 144 000 fois par mois en 2012 »,  affirme Geng Yansheng. Et ces attaques provenaient à 62,9 % d’adresses IP basées aux Etats-Unis.

    Ce n’est pas la première fois que la Chine se dit ainsi victime des cyberpirates de l’étranger. A chaque fois que des hackers soupçonnés d’appartenir à des structures de l’armée chinoise sont pointés du doigt, le ministère des Affaires étrangères se charge de prendre la défense du ministère de la Défense.

    C’était déjà le cas la semaine dernière, suite à la publication du rapport de la société américaine Mandiant accusant l’Armée du peuple d’abriter un nid de cyberespions dans le district de Pudong à Shanghai.

    Les chiffres proviennent du Centre national de coordination des interventions d’urgence en matière de sécurité informatique (CNCERT). A en croire les experts chinois, ces attaques américaines auraient même encore augmenté. Selon un rapport du CNCERT cité par l’agence Chine Nouvelle, en 2011, 22, 9 % seulement des cyberattaques sur le sol chinois avaient ainsi pour origine des serveurs basés aux Etats-Unis.

    Pour la première fois, le ministère de la Défense se dit donc aujourd’hui directement victime des attaques. Selon les autorités chinoises, la cyberguerre Pékin-Washington a donc bel et bien commencé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.