GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»
    • Loi El Khomri: le Conseil constitutionnel censure partiellement le référendum d'entreprise
    • France: l'Assemblée vote la transformation de l'ISF en impôt sur la seule fortune immobilière
    Asie-Pacifique

    Pyongyang menace d'utiliser la bombe atomique

    media

    Le ton monte sur la péninsule coréenne. La Corée du Nord vient de menacer d’effectuer des « frappes nucléaires préventives » contre ses ennemis. Une menace qui intervient alors que le Conseil de sécurité de l’ONU a voté de nouvelles sanctions, très alourdies, pour punir le régime de Pyongyang, suite à son troisième essai nucléaire du 12 février dernier.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    De nouvelles sanctions vont frapper durement la Corée du Nord.
    Susan Rice, ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU 11/10/2013 - par Karim Lebhour Écouter

    La Corée du Nord continue son escalade verbale. Le porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré : « Etant donné que les Etats-Unis sont sur le point de déclencher une guerre nucléaire, nous exercerons notre droit à une attaque nucléaire préventive contre le quartier général de l’agresseur ».

    Pyongyang ne dispose pas d’un lanceur lui permettant d’atteindre le territoire américain, mais le régime multiplie quand même les menaces. La Corée du Nord a aussi promis de noyer Séoul et Washington sous « des océans de flammes » et d’annuler l’armistice qui a mis fin à la guerre de Corée. Mercredi 6 mars, la Corée du Sud s’est déclarée prête à des frappes de représailles contre le commandement du Nord en cas d’attaque.

    En brandissant ses prétendues capacités de dissuasion atomique, la Corée du Nord veut en fait se faire reconnaître comme puissance nucléaire légitime. Elle montre qu’elle ne renoncera pas à ses bombes. Ce qui n'a pas empêcher le Conseil de sécurité de l’ONU de voter de nouvelles sanctions. Celles-ci sont même soutenues par la Chine, le dernier allié d’un régime nord-coréen qui se trouve de plus en plus isolé.

    La Corée du Sud craint des affrontements limités

    Les Sud-Coréens sont habitués à la rhétorique hargneuse du Nord et ont réagi avec calme. Ils savent aussi que toute attaque de grande ampleur de la part du régime serait suicidaire. Mais Séoul craint tout de même des affrontements militaires limités, comme le bombardement de l’île sud-coréenne de Yeonpyeong en 2010.

    Un porte-parole du Sud a donc averti Pyongyang en affirmant que « si la Corée du Nord [nous] attaque avec l’arme nucléaire, ce sera la fin du régime de Kim Jung-un ».

    Park Geun-hye, la nouvelle présidente sud-coréenne, entrée en fonction la semaine dernière, veut afficher sa détermination face à cette mise à l’épreuve. Elle a convoqué la première réunion de ses responsables de la défense de son nouveau mandat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.