Corée du Nord: l'appel au calme de Pékin - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 05:50 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:10 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Journal
  9. 07:40 TU Grand reportage
  10. 08:00 TU Journal
  11. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  12. 08:30 TU Journal
  13. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  14. 09:00 TU Journal
  15. 09:10 TU Priorité santé
  16. 09:30 TU Journal
  17. 09:33 TU Priorité santé
  18. 10:00 TU Journal
  19. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  20. 10:30 TU Journal
  21. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  22. 11:00 TU Journal
  23. 11:15 TU Sessions d'information
  24. 11:30 TU Journal
  25. 11:33 TU Sessions d'information
  1. 05:30 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:10 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Priorité santé
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Priorité santé
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:15 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 12:00 TU Journal
fermer

Asie-Pacifique

Chine Corée du Nord Corée du Sud Défense Kim Jong-un Nucléaire

Corée du Nord: l'appel au calme de Pékin

media

Il n’y a plus de téléphone rouge ce matin entre Pyongyang et Séoul ; les deux Corées sont techniquement en guerre. Pyongyang a donc mis ses menaces à exécution. Quelques heures après les nouvelles sanctions décidées par le Conseil de sécurité des Nations unies, le régime de Kim Jong-un a annoncé ce vendredi 8 mars qu’il abrogeait les accords de non-agression passés avec la Corée du Sud. Des sanctions onusiennes qui ont été votées, chose rare, par la Chine.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

La Chine n’a pas digéré l’essai nucléaire du 12 février 2013 et les sanctions votées à l’ONU étaient une manière de le faire savoir à son turbulent allié. Connaissant parfaitement le fonctionnement du régime de Pyongyang, les diplomates chinois s’attendaient à la réaction de la Corée du Nord ce matin.

Pour l’instant, Pékin s’en tient au communiqué diffusé hier soir sur le site du ministère chinois des Affaires étrangères qui appelle à la modération de toutes les parties et une reprise des négociations, restées dans l’impasse depuis 2009.

Mais en coulisse, la diplomatie chinoise tente de rassurer le voisin nord-coréen. La Chine a un point de vue différent des Etats-Unis, de la Corée du Sud et du Japon affirmait hier encore le vice-ministre chinois des Affaires étrangères. Message repris dans la presse officielle qui souligne que ces sanctions ont été votées également pour des raisons intérieures.

L’opinion chinoise s’inquiète. Sur internet, des vidéos montrent des rassemblements militaires sur la place Kim-Il-sung, jeudi. La société chinoise dans son ensemble refuse que la Corée du Nord possède l’arme nucléaire, affirme ce vendredi 8 mars le journal Global Times.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.