GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Jean-François Ricard a été officiellement nommé à la tête du parquet national antiterroriste
    • Canicule en France: le mercure va encore grimper ce jeudi, journée la plus chaude; pollution à l'ozone et risques sanitaires à venir
    • Hôpitaux: plus de neuf Français sur dix soutiennent la grève aux urgences (sondage)
    • Commerce: Trump dénonce les taxes douanières «inacceptables» imposées par l'Inde
    • G20: le président chinois Xi Jinping est à Osaka pour participer à la réunion
    Asie-Pacifique

    Chine, vers un démantèlement du puissant ministère du Rail

    media ©RFI

    C’est le plus ambitieux plan de restructuration de l’administration chinoise depuis près de 15 ans en Chine. Ce projet de réorganisation a été présenté dimanche 10 mars devant les députés réunis en session annuelle à Pékin. L’idée est de rendre le service public plus efficace et de s’attaquer à la corruption. Deux grandes institutions sont particulièrement visées : le comité du Planning familial qui intègre le ministère de la Santé, et le ministère du Rail qui rejoint le ministère des Transports.

    C’est la fin d’un Etat dans l’Etat. Le ministère du Rail a l’âge de la République populaire de Chine. Il était aussi depuis 1949 l’un des plus grands employeurs du pays. Cette administration était dotée de sa propre police, sa propre justice et forcément de ses propres excès. Cette refonte est une question d’efficacité, c’est aussi une question d’image.

    Collision de TGV

    Le ministère du Rail a survécu à la restructuration de 2008. Il paye aujourd’hui la collision entre deux TGV qui a fait 40 morts le 23 juillet 2011, et la chute de l’ancien ministre des Chemins de fer en février de la même année. Liu Zhijun a alors été accusé d’avoir détourné 800 millions de yuans de contrats signés et d’entretenir pas moins de 18 maîtresses. Résultat : les chemins de fers chinois sont aujourd’hui à la tête du plus jeune et plus grand réseau à grande vitesse au monde, ils sont aussi surendettés à hauteur de plus de 2660 milliards de yuans (328 milliards d’euros).

    A ces problèmes de corruption s’ajoutent les difficultés de fonctionnement d’un réseau à flux tendu en période estivale. On l’a encore vu récemment pour le nouvel an lunaire le mois dernier. Comme chaque année, malgré la mise en place d’un système de réservation sur internet, la plupart des billets étaient inaccessibles plus de deux semaines avant le début des vacances de la fête de « chunjié ».

    Le puissant ministère du Rail faisait partie des administrations les plus critiquées. « La réforme n’est pas forcement une bonne nouvelle, commente ce lundi Su Qun sur le réseau social weibo. Aujourd’hui il est difficile d’avoir un billet, demain les places dans les trains seront trop chers ». L’internaute Feng 1234 n’est pas de cet avis : « Ministère ou entreprise, peu importe ! Ce qui intéresse le peuple c’est de savoir si on aura des places dans les trains pour le festival de printemps ».

    Diviser pour mieux gouverner

    En réalité le ministère du Rail chinois ne devient pas tout à fait une entreprise, mais une entité publique à deux têtes. Selon le rapport sur la réforme institutionnelle et la transformation du Conseil des Affaires d’Etat (gouvernement chinois) présenté dimanche à l’Assemblée populaire nationale, dont la session annuelle se déroule en ce moment dans la capitale chinoise, le fonctionnement administratif sera confié à une administration intégrée à un super ministère des Transports. « Cette administration établira les normes technologiques des chemins de fer et contrôlera la sécurité du travail, la qualité des services de transport ainsi que la qualité des projets ferroviaires », indique le Quotidien du Peuple. La partie commerciale, frêt et passagers, sera en revanche confiée à une entreprise publique, la China Railway corporation, comme c’est le cas pour le secteur de l’énergie notamment. Le siège du ministère pourrait aussi devenir un lieu touristique, plaisantent encore les internautes.

    Weibo devant le 10 fuxinglu, siège du ministère du Rail. ©Stéphane Lagarde/RFI

    Depuis dimanche soir en effet, le 10, de l’avenue Fuxinglu à l’ouest de Pékin est devenu un spot pour se faire photographier. Clic clac ! Des habitants, mais aussi des personnels des chemins de fer, défilent devant l’objectif pour garder une trace de ce qui appartiendra bientôt au passé.
    L’actuel et donc dernier ministre des Chemins de fer, Sheng Guangzu s’est toutefois empressé de rassurer les près de deux millions d’employés du rail chinois : « aucune suppression de poste n’est prévue dans l’immédiat », affirme ce dernier.


    Administration des océans mise en avant

    Le comité central du Planning familial, exécuteur de la politique de l’enfant unique, est l’autre grand perdant de cette grande refonte de printemps, puisqu’il sera confié à une agence dépendante du ministère de la Santé. Bon point en revanche pour l’administration océanique d’Etat qui se voit confier les moyens de surveillance en mer et regroupe désormais plusieurs départements chargés des Affaires maritimes autrefois dispersés dans différents ministères (ministère de la Sécurité publique, Agriculture, les Douanes etc).

    Certains y verront un signe du poids des mers de Chine dans le contexte des relations tendues avec le Japon autour de l’archipel Diaoyu/Senkaku. Ce plan de restructuration intervient alors qu’une nouvelle équipe dont la liste sera entérinée par le Parlement les 14 et les 15 mars prochain, s’apprête à prendre ses fonctions à la tête du pays.

    Un plan ambitieux mais qui laisse de côté certains secteurs. Le rapport ne mentionne pas notamment les domaines de l’énergie et de la culture ; pas de super ministère de la Culture et de la Communication en effet qui serait venu en appui au soft power chinois. Les différents services de l’audiovisuel et de l’édition seront toutefois regroupés au sein d’un même endroit. Une entité à l’intitulé beaucoup trop long selon certains : 14 caractères chinois pour la nouvelle « Administration générale de la presse, de la radio, du film et de la télévision ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.