GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Février
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Aujourd'hui
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'ex-cardinal McCarrick, accusé d'abus sexuels, a été défroqué par le Vatican (officiel)
    • Un général iranien accuse le Pakistan de soutien à un groupe ayant perpétré un attentat meurtrier
    • Syrie: de nombreux civils sont encore présents dans le dernier réduit du groupe Etat islamique (force arabo-kurde)
    • Le Mexique a annoncé qu'il allait injecter 5,5 milliards de dollars dans le groupe public pétrolier Pemex, lourdement endetté
    • Etats-Unis: deux femmes arrêtées pour avoir parlé en espagnol poursuivent la police des frontières (CBP)
    Asie-Pacifique

    De retour à Karachi, l'ancien président Pervez Musharraf veut «sauver» le Pakistan

    media

    Pervez Musharraf est finalement rentré au Pakistan après plus de quatre ans d’exil pour diriger son parti vers les élections législatives du 11 mai 2013. À son arrivée à Karachi, il s’est brièvement adressé aux centaines de partisans qui s’étaient rassemblés pour l’accueillir malgré les menaces d’attentat qui pèsent contre lui.

    Avec notre correspondante au Pakistan, Gaëlle Lussiaà-Berdou

    « Sauvons le Pakistan », a scandé Pervez Musharraf devant près d’un millier de partisans en liesse. « Je veux retrouver le pays que j’ai quitté il y a cinq ans », a-t-il dit.

    Mais la foule n’a pas entendu ces appels : le discours, prononcé sans haut-parleurs dans la cacophonie ambiante, a été retransmis tant bien que mal par les chaînes de télévision.

    Il faut dire que l’organisation entourant ce retour a été chamboulée par des menaces de mort proférées par les talibans pakistanais. Les extrémistes ont promis de lancer des kamikazes contre l’ancien dirigeant.

    Défis

    Musharraf avait d’abord choisi un lieu symbolique pour célébrer son retour : la tombe du fondateur du Pakistan, Mohammed Ali jinnah. Un rassemblement annulé pour des raisons de sécurité.

    À sa descente d’avion, il a reconnu que plusieurs défis l’attendent : défis sécuritaires, légaux puisqu’il est recherché dans plusieurs affaires judiciaires. Mais aussi politiques. Ses appuis ont bien fondu pendant ses années d’absence et les électeurs pourraient bien le lui signifier le 11 mai prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.