GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Australie: deux migrants clandestins meurent dans un naufrage

    media Gardes-côtes sur l'île de Christmas, le 25 mars 2013, après le naufrage d'un bateau de migrants clandestins. REUTERS/Seven Network via Reuters TV

    Deux demandeurs d'asile sont morts ce lundi 25 mars au matin dans le chavirage de leur bateau au large de l'île australienne de Christmas, située directement au sud de l'île de Java en Indonésie. Une tragédie devenue routine. Ces dernières années, des dizaines de migrants ont péri dans l'Océan indien et ce, bien que l'Australie ne représente que 2,5% des demandes d'asile déposées dans le monde.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    L'équipage du bateau avait lancé un appel de détresse cette nuit. Deux vagues l'ont retourné au moment même où des officiers des douanes australiennes s'apprêtaient à monter à bord. Bilan : deux morts, dont un petit garçon d’environ six ans.

    Les 95 passagers de cette embarcation de fortune, pilotée par trois Indonésiens, seraient des Afghans. Avec les Sri Lankais, les Iraniens et les Irakiens, ils représentent la majorité des milliers de migrants en attente en Indonésie, dans les centres de détention pour clandestins et dans les villages du Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU gérés par l'Office international des migrations.

    Ils ne peuvent ni travailler ni aller à l'école. Un certain nombre ont déjà obtenu leur statut de réfugié, mais ils attendent pendant des années qu'une place se libère. L'Indonésie ne compte pas les garder, elle n'a pas signé la Convention de l'ONU sur le statut des réfugiés. Quant à l'Australie, elle n'accepte qu'entre 35 et 50 réfugiés par an. Ils sont donc des milliers à forcer le destin, montant sur des coques de noix pour rejoindre les eaux australiennes.

    Depuis août dernier, le gouvernement australien place les nouveaux arrivants en rétention sur l'île de Manus, en Papouasie Nouvelle-Guinée, et sur Nauru, en plein milieu du Pacifique. Une sanction qui n'a aucun effet. Le flux de boat-people ne cesse de croître.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.