GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Guerre commerciale États-Unis/Chine: Johnson «très inquiet», «ce n'est pas une manière de faire»
    • L'Union doit «laisser tomber» le filet de sécurité irlandais pour éviter un Brexit sans accord (Boris Johnson)
    • Allemagne: à Dresde, des milliers de manifestants se mobilisent contre l'extrême droite
    • Jour de l'Indépendance en Ukraine: la parade militaire annulée, mais défilé non officiel à Kiev
    Asie-Pacifique

    La Corée du Nord, toujours agressive, menace les Etats-Unis de «frappes nucléaires»

    media Le leader Kim Jong-un à Pyongyang, le 29 mars 2013. Photo diffusée par le pouvoir nord-coréen. Reuters

    A chaque jour sa nouvelle menace nord-coréenne. Le régime de Pyongyang a menacé, aujourd'hui, jeudi 4 avril 2013, les Etats-Unis de « frappes nucléaires » et a même déclaré que des opérations militaires contre les Etats-Unis avaient été « examinées et ratifiées ». Un communiqué de l’armée du Nord a précisé que la guerre pourrait éclater aujourd’hui ou demain. Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a déclaré que les provocations de Pyongyang posaient un « grave et réel danger ». Les Etats-Unis vont déployer une nouvelle batterie antimissile sur leur île de Guam. Et Ban Ki-moon s'est dit « profondément préoccupé par la situation ». Mais à Séoul, on ne croit pas que le Nord puisse mettre ses menaces verbales à exécution.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frederic Ojardias

    La Corée du Nord continue ses gesticulations. Après avoir de nouveau annoncé être prêt à des frappes nucléaires sur les Etats-Unis, le régime de Pyongyang a interdit, pour le deuxième jour consécutif, l’accès des ressortissants sud-coréens au complexe industriel de Kaesong, situé sur le territoire du Nord et financé par des entreprises sud-coréennes. Le Nord aurait même posé un ultimatum aux entreprise sud-coréennes, leur intimant de quitter le complexe avant le 10 avril. Un ultimatum démenti par Séoul.

    Pression

    La Corée du Nord maintient ainsi la pression, mais c’est la seule chose qu’elle peut faire : en dépit de ses menaces, elle n’a pas les moyens de lancer des frappes nucléaires. Et toute attaque militaire de grande ampleur, sur une base américaine ou en Corée du Sud, serait suicidaire étant donné le déséquilibre des forces en vigueur. Ce matin, la population sud-coréenne affiche d’ailleurs le même calme, voire la même indifférence, que ces dernières semaines.

    Missile déployé

    La Corée du Nord a déplacé un missile à moyenne portée sur sa côte est, c'est-à-dire du côté de la mer du Japon, selon le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Kwan-jin.

    Ce missile aurait une portée théorique de 4 000 km, ce qui met, en théorie, la base américaine de Guam dans le Pacifique, à distance de tir. C’est sans doute pour cette raison que les Américains ont déployé hier un système antimissile sophistiqué sur leur base.

    Selon le ministre sud-coréen, le but de ce missile n’est pas de frapper le territoire américain. L’engin n’a jamais été testé, et la Corée du Nord pourrait ainsi préparer un tir d’essai, ce qui serait une provocation de plus. La date idéale pour le faire serait le 15 avril, date d’anniversaire de Kim Il-sung, le fondateur du régime nord-coréen.

    Kim Kwan-jin a assuré qu’il n’y avait aucun signe selon lequel le Nord se prépare à une guerre, mais il a précisé que des provocations limitées de la part de Pyongyang étaient possibles, comme par exemple des accrochages à la frontière. Signe de l’inquiétude des marchés, le principal index boursier sud-coréen a fini la séance sur une baisse de 1,2%.

    La Russie appelle à utiliser la voie diplomatique

    Moscou regrette que Pyongyang ne respecte pas les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur la non-prolifération nucléaire.

    Les tentatives de Pyongyang de violer les accords conclus et les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sont totalement inacceptables (…). Nous restons convaincus que la régularisation de la situation ne passe pas par l'escalade militaire et la rhétorique guerrière, mais par la recherche commune de solutions par la voie politico-diplomatique.

    Alexandre Loukachévitch

    Porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères

    04/04/2013 - par Anastasia Becchio Écouter

    Washington hausse le ton face aux menaces nord-coréennes

    Avec notre correspondant à Washnigton, Raphaël Reynes

    Alors que la Corée du Nord franchit un nouveau cap dans les provocations avec la menace d’éventuelles frappes nucléaires, Washington hausse le ton.

    « La Corée du Nord devrait arrêter ses menaces provocantes et plutôt essayer de se conformer à ses obligations internationales », c'est la déclaration du Conseil de sécurité national américain, ce mercredi 3 avril, en soirée, à Washington. L’administration Obama s’impatiente et le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel prend les provocations de Pyongyang au sérieux. Il a ainsi déclaré :« Ils ont désormais des capacités nucléaires. Ils ont désormais des capacités ballistiques et alors qu’ils augmentent depuis plusieurs semaines leur dangereuse rhétorique belliqueuse, ils posent un grave et réel danger »

    Si tous les experts s’accordent à dire que Pyongyang n’a pas les capacités de toucher le continent américain, la Corée du Sud, le Japon, l’île de Guam et même Hawaii pourraient être à portée de tir. Le Pentagone a donc annoncé l’envoi d’une batterie antimissile sur Guam en renfort des deux navires de guerre qui patrouillent déjà dans la zone.

    « La Corée du Nord est un problème depuis de nombreuses années et pas seulement pour la région. Nous avons essayé de travailler avec les Nord-Coréens pour tenter de les persuader qu’il n’était pas dans leur intérêt (et certainement pas dans l’intérêt de la péninsule coréenne) qu’ils tentent d’obtenir l’arme nucléaire. Ils ont aujourd’hui des capacités nucléaires et balistiques et alors qu’ils augmentent depuis plusieurs semaines leur dangereuse rhétorique belliqueuse, ils posent un grave et réel danger pour nos alliés, au premier rang desquels la Corée du Sud et le Japon. Mais ils menacent également les Etats-Unis, que ce soit nos bases sur Guam, Hawaii ou la côte ouest des Etats-Unis », a conclu Chuck Hagel dans son allocution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.