GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Menaces nord-coréennes: Séoul et Washington relèvent leur niveau d'alerte

    media Un soldat sud-coréen érige une barricade, le 8 avril 2013. REUTERS/Kim Hong-Ji

    La tension est encore montée d’un cran dans la péninsule coréenne ce mercredi 10 avril. La Corée du Sud et les États-Unis ont relevé leur niveau de surveillance militaire face aux menaces d'un tir de missile par la Corée du Nord. Le niveau de surveillance indique une « menace vitale », a affirmé l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant une source gouvernementale. Cette escalade intervient alors que le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, sera à Séoul vendredi.

    Avec notre envoyé spécial à Fusan, Stéphane Lagarde

    Les destroyers AEGIS sud-coréens, japonais et américains ont les oreilles grandes ouvertes : ce ne sont plus deux mais plusieurs missiles qui ont été repérés sur la côte est de la Corée du Nord. Selon un haut responsable du gouvernement à Séoul cité par l’agence Yonhap, quatre ou cinq véhicules transporteurs d’engins balistiques ont été localisés dans la province nord-coréenne de Hamgyong. Elles s’ajoutent aux deux fusées grises à nez rouge « Musudan » déjà acheminées dans la province de Kangwon.

    La possibilité d’un test de missile moyenne portée est donc « très haute » et « peut se matérialiser à tout moment à partir de maintenant », a fait savoir aux parlementaires le ministre sud-coréen des Affaires étrangères. Pendant ce temps-là, Pyongyang achève de refermer le rideau sur son territoire.

    Pour la première fois, la Corée du Nord a en effet prévenu les représentations diplomatiques étrangères de se préparer a une attaque américaine, leur conseillant d’évacuer la capitale nord-coréenne d’ici au 10 avril. Cette même date butoir a été employée pour suspendre la production dans la zone industrielle de Kaesong et pousser ainsi au départ des personnels d’encadrements sud-coréens des usines.

    REUTERS
    Amiral Samuel Locklear

    Commandant des forces armées américaines dans le Pacifique

    10/04/2013 - par RFI Écouter
    Je suis confiant...

    Les Etats-Unis sur la défensive

    Pour l’heure, Washington se refuse à toute évacuation de ressortissants de Corée du Sud, ce qu'avait conseillé également Pyongyang. Comme Paris, qui n'envisage pas de rapatrier les quelque 2 000 Français présents dans le pays.

    « Il n’est pas envisagé d’évacuer nos ressortissants, ni de Corée du Nord ni de Corée du Sud », a indiqué Philippe Lalliot , porte-parole du Quai d’Orsay. « Nous sommes en contact avec nos principaux partenaires européens et américains, et nous partageons une position commune. Cela ne signifie pas que nous ne sommes pas préoccupés par les tensions suscitées par les déclarations coréennes. Nous suivons la situation avec la plus grande vigilance ».

    Mercredi matin, les autorités nord-coréennes ont suspendu les visites des groupes de touristes chinois dans le pays. Cette phase ultime des préparatifs de lancement coïncide avec deux dates importantes :  la visite vendredi à Séoul du secrétaire d’Etat américain John Kerry qui se rendra ensuite à Pékin, et l’anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, fondateur de la République populaire et démocratique de Corée, le 15 avril.

    Le commandement des forces américaines en Asie-Pacifique a annoncé mardi, que les États-Unis détruiraient tout missile susceptible d’atteindre le territoire américain ou celui d’un allié, mais qu’il n’intercepterait pas un engin ne présentant pas de menace immédiate. Une manière peut-être de laisser la porte ouverte à un test de missile nord-coréen non ciblé, permettant de négocier une sortie de crise.

    Pyongyang déjà dans une guerre médiatique

    Les envoyés spéciaux affluent désormais en masse à Séoul, les télés du monde entier sont présentes. La chaîne américaine CNN, par exemple, enchaîne depuis Séoul les émissions spéciales à la tonalité très alarmiste. « La Corée du Sud se prépare au pire », commente-t-elle. Chacun est pendu au moindre geste du régime nord-coréen, qui réussit, chaque jour, à inventer une nouvelle provocation pour alimenter sa machine médiatique.

    Il y a pourtant quelques motifs réels d’inquiétude : un tir de missile en mer du Japon est par exemple toujours possible. Mais force est de reconnaître que la Corée du Nord, un pays à l’économie ruinée, aux équipements militaires vétustes, qui ne dispose très probablement pas d’armes nucléaires opérationnelles, réussit à la perfection à distiller la peur. Dans le but évident de nuire à son ennemi sud-coréen, et à son économie. Et avec succès : le nombre de touristes étrangers a par exemple commencé à baisser de façon significative. Les hôtels accumulent les annulations de réservation. Ce qui est exactement l’effet recherché par le régime nord-coréen.

    « Il y a une certaine logique de l’action, analyse Pierre Rigoulot, directeur de l’Institut d’histoire sociale. On ne peut pas non plus arrêter comme ça l’escalade, sans tomber dans le ridicule. Kim Jong-un va-t-il faire quelque chose dans les prochains jours ? C’est possible. Il peut lancer un missile non armé, ou un missile qui n’ira pas dans la direction du Japon ou des bases américaines. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.