GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le français Areva et le japonais Mitsubishi construiront la 2e centrale nucléaire de Turquie

    media La maquette de l'Atmea 1, qui sera construit en Turquie par Areva et Mitsubishi Heavy Industries. ©Atmea

    Les groupes nucléaires français Areva et japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) construiront la deuxième centrale nucléaire de Turquie. C’est une déclaration du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, ce jeudi 2 mai, au journal économique japonais Nikkei. L'accord sera signé demain lors de la visite à Ankara de son homologue Shinzo Abe. Le contrat est estimé à 15 milliards d'euros.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Shinzo Abe, le Premier ministre du pays de Fukushima, devrait signer vendredi 3 mai à Ankara un accord pour la construction par le consortium Areva-Mitsubishi Heavy Industries de quatre réacteurs à Sinop, sur les rives de la mer Noire. Il s’agirait de la toute première commande pour le nouveau réacteur de moyenne puissance Atmea, de 1 100 mégawatts, développé par Areva et Mitsubishi.

    Les travaux débuteraient en 2017. La première tranche entrerait en service en 2023. La valeur du contrat est estimée à près de 16 milliards d’euros. Areva et Mitsubishi sont en concurrence avec un groupe chinois.

    La première centrale nucléaire de la Turquie a été construite par la Russie, le pays de Tchernobyl. La Turquie veut construire au total trois centrales d’ici cinq ans pour élever sa part d’électricité d’origine nucléaire à 15 % d’ici à 2030.

    Un autre groupe japonais, Toshiba, était aussi sur les rangs avec Tepco pour construire la deuxième centrale turque. Mais l’opérateur de la centrale de Fukushima s’était retiré quatre mois après l’accident nucléaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.