GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: Alibaba investit dans le réseau social Weibo

    media Sina Weibo, le plus gros réseau social du monde. DR

    Un investissement délie les claviers et fait beaucoup de bruits en Chine : le géant du commerce en ligne chinois Alibaba vient d’acheter 18% de Sina Weibo, le plus gros réseau social du monde. C’est un peu comme si eBay rachetait un morceau de Twitter.

    De notre correspondant à Pékin

    Si l’alliance du commerce et d’un média en ligne n’est pas nouvelle, elle a lieu à l’échelle de la Chine et entre les deux premiers acteurs de leur secteur. Alibaba est la plus grosse plate-forme de commerce en ligne en Chine, et Sina Weibo est le premier site de microblogging chinois et donc le plus gros réseau social du monde avec un demi-milliard d’abonnés. Chacun a évidemment un intérêt à cette union. Le groupe Alibaba augmente sa part dans Weibo de 30% et cherche ainsi à combler son retard dans le domaine des réseaux sociaux et des mobiles. Sina Weibo espère de son côté se monétariser et dégager 380 millions de dollars de revenus publicitaires dans les trois ans avec cette opération.

    Sina Weibo pèserait 100 milliards de dollars

    La participation d’Alibaba s’élève à 586 millions de dollars, près de 448 millions d’euros, et elle a bénéficié d’une aide des banques étrangères. Visiblement les investisseurs croient au projet puisque neuf banques étrangères ont débloqué 8 milliards de dollars (plus de 6 milliards d’euros) de prêts pour le groupe Alibaba. L’action Sina a de son côté augmenté de 21% le jour de l’annonce à la Bourse de New York. Les analystes évaluant le poids du réseau social Sina Weibo à 100 milliards de dollars (76,5 milliards d’euros), à titre de comparaison le site de partage de vidéo en ligne français Dailymotion était évalué à 233 millions d’euros par le Wall Street Journal.

    Pour les usagers des réseaux sociaux, c’est une mini révolution, expliquait Cao Guowei lundi 29 avril : « Weibo est actuellement une plate-forme de réseaux sociaux, à l’avenir cela pourra devenir aussi une plate-forme de commerce électronique avec une composante réseaux sociaux, précise le PDG de Sina, ce sera alors un vrai écosystème ». Des dizaines de millions d’internautes qui communiquent et font leurs achats au même endroit, c’est évidemment le rêve des patrons d’Alibaba et Sina. Cela fait moins rêver en revanche les microbloboggueurs : « On est déjà saturé de pub venant de Taobao en bas de nos messages, que va devenir weibo dans le futur », s’inquiète l’un d’entre eux. Taobao étant la filiale pour les particuliers d’Alibaba, la plus grosse boutique en ligne de la planète. Une véritable caverne d’Ali Baba puisqu’en cherchant, on y trouve des yachts, des appartements, jusqu’aux épingles à nourrice en passant par des chiens, des araignées et même des serpents vendus comme animaux de compagnie.

    La concurrence réagit prudemment

    C’est en ce moment les grandes manœuvres sur l’internet chinois, et les analystes s’intéressent à l’impact de ce rachat. A court terme, la pression devrait être plus forte sur le premier moteur de recherche chinois Baidu notamment. L’accord devrait aussi renforcer la position d’Alibaba face à son rival Tencent Holdings LTD, le roi de la messagerie instantanée avec QQ. Tencent qui a percé rapidement dernièrement avec son application WeChat (plus connu à l’étranger sous le nom Weixin), l’équivalent du KakaoTalk coréen. 240 millions d’utilisateurs rien qu’en Chine pour WeChat, avec ces Chinois que l’on croise de plus en plus nombreux sur les trottoirs en train de parler à leur smartphone pour laisser un message audio à leur interlocuteur qui se transforme aussitôt en SMS, en message écrits sur les portables.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.