GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nawaz Sharif, le «lion du Pendjab» de retour au pouvoir

    media

    Les Pakistanais ont voté ce samedi 11 mai et c’est Nawaz Sharif qu’ils ont choisi. Son parti, la Ligue musulmane du Pakistan, hériterait d'au moins 110 sièges. Nawaz Sharif va devoir maintenant former un gouvernement de coalition. Les tractations ont déjà dû commencer.

    Avec notre envoyé spécial à Lahore, Christophe Paget

    Nawaz Sharif, 63 ans, réussit un retour parfait, d’autant que la participation à cette élection a été très importante. On le surnomme le « lion du Pendjab ». C’est dans cette région, la plus peuplée et la plus prospère du pays, qu’il a commencé sa carrière politique. Il en est devenu en quelques années le chef, lorsqu’il était le protégé du dictateur Zia.

    En 1990, Nawaz Sharif devient Premier ministre du Pakistan. Il est destitué trois ans plus tard quand son gouvernement est accusé de corruption. Il retrouve le pouvoir en 1997. Cette fois, c’est le coup d'Etat de Pervez Musharraf qui le contraint à l'exil en Arabie Saoudite. Il n’en reviendra qu’en 2007.

    Aujourd’hui, les dossiers qui attendent Nawaz Sharif sont nombreux. Le principal reste la crise énergétique qui handicape le pays économiquement et pèse sur la vie de ses habitants. Chef d'entreprise, magnat de l'acier, le nouvel homme fort du pays est partisan d’un libéralisme économique qu’il compte appliquer de nouveau.

    Autre dossier important, celui de la sécurité. Le pays subit depuis des années les attaques des talibans pakistanais et il va devoir gérer la fin de la présence des forces internationales chez le voisin afghan. Nawaz Sharif est un partisan du dialogue avec les talibans, qui ne l’ont d’ailleurs pas visé pendant la campagne électorale. En 1991, il avait voulu faire de la charia, la loi coranique, la référence suprême du droit pakistanais. Enfin, Nawaz Sharif devra clarifier ses relations avec l'armée, toujours très méfiante à son égard.

    En général, quand vous remportez le Pendjab, vous remportez les élections au niveau national.
    Amélie Blom Chargée de cours au campus Europe Asie de Sciences Po Paris 11/10/2013 - par RFI Écouter


    Pour approfondir, lire l'article publié par Tony Cross, à Lahore, sur la version anglaise du site de RFI : « Nawaz Sharif set to return as Pakistani PM, will Imran Khan join government ? »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.