GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: réouverture des usines de textile près de Dacca

    media Les grues en action sur les restes du site du Rana Plaza. REUTERS/Andrew Biraj

    Le travail a repris ce vendredi 17 mai dans l’une des plus grandes zones de production du Bangladesh située près de Dacca. Une zone de production qui était paralysée depuis trois jours, en raison de manifestations des salariés. Les ouvriers réclamaient principalement une augmentation salariale. Mais un autre événement avait mis le feu aux poudres...

    Avec notre envoyé spécial à Dacca, Sébastien Farcis

    C’est la mort suspecte d’une ouvrière la semaine dernière dans les toilettes d’une usine qui avait provoqué ce mouvement de colère spontané des travailleurs, qui accusent la direction de meurtre. Contacté ce jour, le président de la Fédération des syndicats du textile doute de cette version. Il pense qu’il pourrait plutôt s'agir d’un suicide.

    Mais depuis l’effondrement du Rana Plaza, qui a coûté la vie à plus d’un millier de travailleurs, ces ouvriers du textile ont perdu toute confiance dans leur patron. Ils se sont donc révoltés depuis plusieurs jours de manière assez violente.

    Un dispositif de sécurité renforcé

    Plus de 300 usines représentant 20 % des exportations de textile du pays étaient à l’arrêt depuis trois jours. Des troubles qui avaient commencé dès le lendemain de l’effondrement du Rana Plaza il y a trois semaines.

    Ce vendredi, selon des sources, à l’exception d’une usine, la production a redémarré. Et le dispositif de sécurité a été renforcé dans cette zone industrielle, afin de pouvoir contrôler tout nouveau débordement.

    Sous la pression, le gouvernement a également annoncé la création d’un comité composé du patronat et des syndicats. Il proposera une augmentation des salaires dans le secteur d’ici à trois mois environ.

    Les patrons se disent prêts à hausser le salaire minimum à 40 euros par mois, ce qui reste tout de même très bas, même pour le Bangladesh.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.