GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Cour suprême des Maldives confirme la défaite électorale du président Abdulla Yameen
    • Mort de Jamal Khashoggi: les explications de l'Arabie Saoudite ne sont «pas crédibles», selon Londres
    • Bébés nés sans bras de l'Ain: le gouvernement français lance une nouvelle enquête (Buzyn)
    • RDC: au moins 12 morts après une nouvelle attaque à Béni
    • Le retrait américain du traité nucléaire avec la Russie est un «pas dangereux» (Moscou)
    • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
    Asie-Pacifique

    Inde: le gouvernement ciblé par une attaque meurtrière des rebelles maoïstes

    media

    La rébellion maoïste a mené l'une des plus importantes attaques de ces dernières années contre le gouvernement, samedi 25 mai, dans l'Etat du Chattisgharh, dans le centre du pays. Plus de 200 combattants ont tendu une embuscade à un convoi de politiciens et de proches du pouvoir, tuant 28 personnes et en blessant une trentaine. Le Premier ministre, qui s'est rendu sur place ce dimanche 26 mai, a assuré que l'Etat ne cèdera pas devant la rébellion.

    Les rebelles ont arrêté le convoi en faisant tomber des arbres sur la route, samedi 25 mai dans la soirée. Puis, ils ont fait exploser une voiture avec une mine et ont attaqué les autres passagers à l'aide d'armes automatiques.

    Cette offensive a, entre autres, coûté la vie à Nand Karma Patel, le chef du parti du Congrès dans la région. Les attaques de rebelles avaient diminué depuis deux ans.

    Un signe de l'échec de la stratégie gouvernementale

    Le gouvernement central, mené par le parti du Congrès, de centre gauche, voulait y voir la preuve que ses différents programmes sociaux d'aides aux populations pauvres portaient enfin leurs fruits. Ce nouvel assaut pourrait indiquer le contraire.

    Il démontre en tout cas qu'au bout de neuf ans au pouvoir, et à un an des prochaines élections nationales, le gouvernement n'a pas pu éradiquer ce que le Premier ministre a lui-même décrit comme « la plus importante menace contre la sécurité intérieure ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.