GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 27 Septembre
Vendredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Plus d'une centaine de morts dans l'incendie d'un abattoir de volailles en Chine

    media

    Un grave accident industriel s'est déroulé ce lundi 3 juin en Chine. 119 personnes, selon un dernier bilan, ont été tuées dans l’incendie d’un abattoir de volailles dans le nord-est du pays. Une centaine d’employés auraient pu s’échapper du bâtiment, dont les portes étaient verrouillées au départ du feu, selon l’agence Chine Nouvelle.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    C’est une odeur âcre, très forte, qui a saisi les pompiers en arrivant sur place, à Dehui, dans la province de Jilin. Une odeur qui ne trompe pas : celle de l’ammoniac liquide, destiné à garder au froid les préparations de viande de volaille. Et c'est bien l'ammoniac qui serait à l’origine de l’explosion, selon la police.

    Le compte Weibo, le Twitter chinois, de la Télévision centrale de Chine évoque également un court-circuit comme élément déclencheur. L’usine de poulet de Baoyuan, au nord-est de la Chine, emploie 1 200 salariés et tourne jour et nuit. « Trois cent personnes étaient à l’intérieur du bâtiment, portes fermées, lorsque le feu s’est déclaré, à 6 heures ce matin », affirme encore l’agence Chine Nouvelle.

    Un accident qui ranime le souvenir douloureux des précédents meurtriers, au coeur de la deuxième économie du monde, où les normes de sécurité ne sont pas toujours respectées. Une ex-employée de ces abattoirs de Baoyuan raconte à l’agence Chine Nouvelle l’horreur de l’aube, les cris, la panne de courant, l’atelier qui devient rouge, puis la ruée vers la sortie. « Les règles de l’entreprise sont très strictes pour rentrer et sortir de l’usine », dit-elle encore. Je gagne 2 000 yuans par mois (environ 250 euros, ndlr). Ça ne suffit pas pour élever les enfants. Nous devions faire des heures supplémentaires, très tôt le matin et souvent jusque tard le soir. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.