GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Tensions franco-japonaises sur fond de livraison de matériel sécuritaire à la Chine

    media Les grilles d'appontage de DCNS incriminées permettent aux hélicoptères de mieux s'arrimer aux navires, malgré la houle et les mouvements de la mer. DCNS

    Pour François Hollande, au Japon du 6 au 8 juin, c'est la première visite d'une telle ampleur. Le président français, accompagné de ministres et de patrons d'industries, entend bien relancer les partenariats avec l'archipel. Depuis quelques mois, les relations entre Paris et Tokyo sont pourtant compliquées par des livraisons de matériel sécuritaire à la Chine, et ce, malgré l'embargo européen.

    C’est un Arnaud Montebourg gêné, que décrit l’ancien correspondant à Paris de l’Asahi Shimbun, Norito Kunisue. Le 22 avril 2013, le ministre du Redressement a du faire face à un afflux plus important qu’à l’accoutumée de journalistes japonais lors d’une conférence de presse à l’ambassade de France de Tokyo. Les médias nippons s’inquiètent alors depuis un mois de la livraison de grilles d’appontage pour hélicoptères à Pékin par le constructeur tricolore DCNS. De simples équipements à usage civil, assure le ministre, qui jure que le contrat n’enfreint pas l’embargo européen sur les armes à destination de la Chine.

    Les grilles en question, au nombre de deux, viendront s’ajouter à onze autres qui équipent déjà des navires appartenant à la Zhōngguó Hǎijiǎn. La Surveillance maritime chinoise – littéralement – est effectivement une agence civile, sous tutelle du ministère de la Sécurité publique. Au moins neuf de ses bâtiments ont pourtant fait l’objet de signalements par les autorités japonaises au cours des deux derniers mois.

    La semaine dernière, le sujet est revenu sur la table au cours du dialogue Shangri-La, sommet régional sur la sécurité en Asie. Le ministre de la Défense japonais, Itsunori Onodera, a exprimé son inquiétude à son homologue français en marge de la rencontre, comme le rapporte l’Asahi Shimbun : « Si cet équipement est installé sur les Haijan [les navires de surveillance côtière chinois], cela ne fera que nourrir les tensions en mer de Chine », assure-t-il. Réponse de Jean-Yves Le Drian : la vente ne peut pas être empêchée car il s’agit d’une application civile… qui n’est pas soumise à l’embargo européen.

    Un respect de l’embargo tout en hypocrisie

    Des équipements destinés au marché civil relevant d’autorisations propres à l’industrie de l’armement, on en compte 180 rien qu’en 2011. La commission chargée d’autoriser les exportations de « matériels de guerre, assimilés ou liés à la défense » a ainsi accordé aux producteurs de technologies militaires de signer pour 283,6 millions d’euros de contrats cette année là. En tout, entre 2007 et 2012, cela représente, selon le ministère de la Défense, un chiffre d’affaire de 466 millions d’euros.

    La moitié de ce volume concerne des équipements relevant de l’aéronautique (150 millions), des radars de surveillance aérienne et des moteurs d’hélicoptères, par exemple. Viennent ensuite des équipements d’imagerie ou de capteurs (66,6 millions) et des pièces de fonderie (51,8 millions). Enfin, et dans une moindre mesure, différents contrats ont été autorisés concernant des systèmes d’alerte, des savoirs technologiques ou encore des produits chimiques de type anti-émeute.

    La France, comme le reste de l’Europe, respecte pourtant un embargo sur les livraisons d’armes à destination de la Chine. Adopté suite à une déclaration du Conseil européen le 27 juin 1989, il visait à sanctionner le régime chinois après le drame de Tian’anmen, le 4 juin de la même année. Depuis, Paris demande à Pékin de mieux respecter les droits de l’homme et de garantir que ses moyens militaires ne puissent jamais être utilisés contre des populations civiles ou contre des alliés ou amis de la France et de l’Europe.

    Au ministère de la Défense, on nous assure que « la France n’est pas favorable à une levée de l’embargo ». Pourtant, « nous sommes parjures », analyse Daniel Schaeffer, ancien attaché de défense dans plusieurs pays asiatiques et membre du groupe de réflexion Asie21. « Nous respectons l’embargo, admet-t-il, mais en trouvant des moyens d’exporter malgré tout : nous aidons ici la Chine à poursuivre ses revendications » sur les îles Senkaku.

    Contourner l’embargo, un sujet « délicat »

    Les industriels sont en effet bien obligés de respecter l’interdiction de vendre de l’armement à la Chine. Ils peuvent par contre proposer des technologies duales, à savoir des éléments qui puissent servir aussi bien à une application civile que militaire. C’est le cas par exemple d’un moteur d’hélicoptère qui reste très semblable selon la version militarisée ou non de l’appareil. Les Chinois disposent de compétences techniques pour adapter ce type de matériels.

    Une autre solution consiste à vendre des pièces détachées. C’est le cas de la grille d’appontage de DCNS : le fabricant ne pourrait pas vendre un navire de surveillance maritime complet, il peut cependant livrer différents sous-ensembles qui permettront de moderniser les bâtiments chinois.

    Enfin, des matériels livrés à un pays tiers moins regardant sur le respect des droits de l’homme peuvent servir à fournir, in fine, la Chine. « Une fois que les matériels sont sur place, difficile de surveiller », souligne un fin connaisseur des fonctionnements de l’industrie de défense. « Il y a une vraie hypocrisie, admet un cadre d’un grand groupe français, mais si l’on s’interdit ce type de livraisons, on ne peut plus rien vendre.  »

    L’embargo européen reste principalement défendu par les pays du Nord. La France, la Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie ou encore l’Espagne militent pour sa révision : ces Etats disposent d’industries militaires fortes qui craignent de voir échapper des contrats alors que la Chine investit massivement dans l’armement.

    C'est un matériel civil vendu à une société chinoise. Ça n'a rien à voir avec un matériel militaire ou de défense, ou même à usage double.

    Une affaire qui n'en est pas une selon Michel Théoval, ancien patron de Thalès au Japon 07/06/2013 - par Frédéric Charles Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.