GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    La relance nucléaire japonaise

    media

    Pour pouvoir relancer son économie et satisfaire ses besoins énergétiques, le gouvernement japonais souhaite redémarrer au plus vite ses réacteurs nucléaires qui ont été presque tous arrêtés suite à la catastrophe de Fukushima. Mais pour faire redémarrer cette industrie, les opérateurs doivent s’adapter à de nouvelles normes de sécurité et obtenir l’assentiment des autorités régionales.

    Suite à la catastrophe de Fukushima, et après l'arrêt de tous les réacteurs et le redémarrage de deux réacteurs sur les 50 existants, il a été fortement question de sortir du nucléaire au Japon. Le précédent Premier ministre de centre gauche l’avait envisagé, mais cette option n’est plus évaluée par le gouvernement actuel. Depuis le retour de la droite au pouvoir en décembre dernier et la nomination de Shinzo Abé comme chef du gouvernement, le Japon n'a cessé de réaffirmer son attachement au nucléaire.

    Shinzo Abé aujourd'hui fait campagne à l'étranger pour vendre la technologie nucléaire japonaise. Il estime que le Japon ne peut pas se passer de son parc nucléaire pour faire face aux besoins énergétiques du pays. De plus, depuis le quasi-arrêt de cette industrie, le Japon doit compenser son manque d’énergie nucléaire en important de l’étranger au prix fort, du gaz, du charbon et du pétrole. Une dépendance qui coûte très cher au Japon et qui, d’après le Premier ministre, pénalise la relance de l’économie

    Les nouvelles normes

    Pour le gouvernement, il est « urgent de rallumer les réacteurs », mais pour cela il faut que les opérateurs mettent en conformité leurs installations avec de nouvelles normes qui ont été fixées par l’autorité japonaise de régulation nucléaire, la NRA, une organisation créée après la catastrophe de Fukushima et qui se veut indépendante du politique. Donc pour obtenir une autorisation de redémarrage, les industriels doivent entreprendre des modifications techniques qui consistent principalement à élever le seuil de sécurité. Par exemple, il est demandé de changer certains types de câble inflammables en câbles plus résistants.

    Cependant, on peut noter quelques points importants de ces nouvelles normes, comme la limite de la durée de vie des réacteurs qui est dorénavant de quarante ans. On observe aussi que ces nouvelles exigences paraissent plus favorables aux Réacteurs à eau pressurisée (REP) par rapport aux Réacteurs à eau bouillante (REB) de type Fukushima, considérés comme « peu sûrs ».

    Une autre obligation importante : aucun réacteur, ni aucune installation nucléaire de recherche, de stockage ou de retraitement de combustible ne pourra être construit sur une zone géologique « active ». Chaque dossier d’installation devra faire l’objet de recherches géologiques approfondies qui devront être conformes aux nouvelles directives de la NRA, qui étend la notion de « faille active » de 120 000 ans à 400 000 ans. C'est-à-dire qu’une faille sera considérée comme « non active » s’il n’y a aucun événement sismique durant cette durée. Il faut noter sur ce dernier point que d’autres définitions, dans d’autres pays, fixent ce seuil de 1 à 3 millions d’années.

    Les difficultés de la relance


    Ces nouvelles exigences ne pourront pas être satisfaites par tous les opérateurs compte tenu par exemple de leur coût en regard du temps d’exploitation autorisé restant. Seule une partie des 48 réacteurs actuellement à l’arrêt pourront redémarrer sur les 50 existants. Ces nouvelles normes entrent en vigueur le 8 juillet 2013. On estime qu’à cette date et dans les jours suivants, les dossiers de demande de réouverture devraient concerner une douzaine de réacteurs sur six centrales, exploitées par quatre opérateurs électriques différents. Ces demandes de réouverture seront suivies d’un examen complet de leurs installations, ce qui pourrait durer « six mois pour chaque réacteur », a précisé le président de la NRA, Shunichi Tanaka, compte tenu du peu de personnel actuellement disponible pour cette lourde tâche.

    En outre, les opérateurs doivent obtenir l’accord des autorités locales très sensibles à leur électorat. Sur ce dernier point, compte tenu du fort sentiment antinucléaire d’une grande partie de la population, la bataille est loin d'être gagnée. En témoigne la mésaventure du président-directeur général de Tepco, l’opérateur de la centrale de Fukushima, qui s’est rendu vendredi 5 juillet à la préfecture de Niigata pour implorer la compréhension des élus locaux afin qu’ils permettent la remise en marche de deux réacteurs se trouvant sur leur localité, à la centrale de Kashiwasaki-Kariwa. Une centrale qui avait déjà connu des difficultés suite à un important séisme en 2007. Le président de Tepco, Naomi Hirosé, a dû écourter son déplacement suite à l’entretien qu’il a eu avec le gouverneur de la région, Hirohiko Izumida, qui lui a dit n’avoir aucune confiance en Tepco et qu’avant de démarrer des réacteurs « Tepco doit finir d’analyser les causes de l’accident de Fukushima », accusant la compagnie de privilégier l’argent à la sécurité. Un accrochage très médiatisé qui illustre la forte résistance qui existe dans de nombreuses régions face au nucléaire.

    Les deux réacteurs 3 et 4 de la centrale d’Ohi, qui sont les seuls actuellement en fonctionnement, devraient être bientôt arrêtés pour maintenance et le pays devrait connaître une nouvelle période de « zéro nucléaire », à moins qu’ils soient « exceptionnellement » prolongés, comme le demande le chef du gouvernement, en attendant que d’autres réacteurs prennent le relais.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.