GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Birmanie, le gouvernement libère 70 prisonniers politiques

    media

    C’est un nouveau geste de bonne volonté du régime birman : le gouvernement réformateur du président Thein Sein annonce ce mardi 23 juillet qu’il libère environ soixante-dix prisonniers politiques. En visite à Londres la semaine dernière, il avait promis de libérer tous les détenus de conscience d’ici la fin de l’année.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Les défenseurs des droits de l’homme ne se satisfaisaient pas de promesses. Ils attendaient des actes et les voilà : environ soixante-dix prisonniers politiques libérés. Il en resterait maintenant quelques dizaines, incarcérés dans les geôles birmanes : entre trente et cent cinquante, selon les estimations de différentes associations ou partis politiques d’opposition.

    On est maintenant bien loin des tristes records atteints il y a environ deux ans quand, d’après les défenseurs des droits de l’homme, la Birmanie comptait près de deux mille détenus de conscience.

    Parmi les prisonniers relâchés, des rebelles du groupe ethnique armé kachin qui combat l’armée gouvernementale birmane à l’extrême nord du pays depuis des décennies. Cette rébellion est l’une des dernières en Birmanie à ne pas avoir signé d’accord de paix avec le régime réformateur.

    La libération de ces combattants va sans doute faciliter les pourparlers de paix, qui avancent depuis fin mai. Le président birman a lui-même prédit la fin des hostilités dans les prochaines semaines alors qu’il était en visite en Europe la semaine dernière.

    Une libération jugée positibve par David Mathieson, chercheur à Human Rights Watch :

    Nous disons quand même que c'est un acte très positif de la part du gouvernement, de libérer des membres d'organisations insurrectionnelles et de mouvements ethniques anti-gouvernementaux, et nous voyons vraiment ça comme des libérations politiques destinées à obtenir une réconciliation nationale
    David Mathieson Chercheur à Human Rights Watch 14/10/2013 - par Christophe Paget Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.