GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corées: les entrepreneurs sud-coréens peu optimistes sur la réouverture de Kaesong

    media Le complexe de Kaesong est fermé depuis avril 2013. REUTERS/Lee Jae-Won

    La Corée du Sud a accepté une nouvelle offre de discussion nord-coréenne au sujet de la réouverture du parc industriel conjoint de Kaesong, fermé depuis avril après de fortes tensions avec Séoul. Six sessions de négociations ont déjà eu lieu en juillet et la dernière s’est conclue par un pugilat. En Corée du Sud, la perspective d’une septième session est donc accueillie avec prudence.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Les entrepreneurs sud-coréens veulent rouvrir leurs usines de Kaesong le plus vite possible. Ils affirment accumuler des centaines de millions d’euros de pertes, et demandent à leur gouvernement d’accepter les conditions offertes par le régime nord-coréen. Mais malgré l’annonce par Séoul d’une nouvelle session de négociations, certains d’entre eux ne cachent plus en privé leur pessimisme.

    Ils ont compris que l’enjeu était plus politique qu’économique : la nouvelle présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, surnommée la « dame de fer », tient à montrer sa détermination face à un régime de Pyongyang qui a multiplié les provocations en avril. Elle exige que le Nord prenne ses responsabilités et est prête à abandonner Kaesong pour lui donner une leçon.

    Même si les entreprises sud-coréennes du site espèrent une réouverture qui leur permettra de continuer à utiliser une main-d’œuvre qui coûte moins cher qu’en Chine, elles se préparent donc déjà au pire : la fermeture définitive de Kaesong, et la délocalisation de leurs usines en Asie du Sud-Est.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.